« En mai, toutes catégories confondues, les abattages de bovins se redressent en tonnage et rejoignent leur niveau de 2019 (+0,4 %), estime le ministère de l’Agriculture dans la note d’Infos rapides diffusée le 26 juin 2020 par Agreste, son service de la statistique. Ils restent toutefois en deçà de la moyenne quinquennale. »

À lire aussi : Le coronavirus déstabilise la production bovine américaine (29/06/2020)

Davantage de vaches allaitantes à l’abattoir

Les abattages de vaches allaitantes ont bondi de 2 % entre mai 2019 et mai 2020, ceux de génisses de 1,7 %, alors que ceux de vaches laitières chutent de 3 %. Ceux de veaux de boucherie s’effondrent de près de 10 % alors que ceux de gros bovins mâles sont proches de l’équilibre (–0,4 %), avec toutefois un repli de 1,5 % pour les mâles de 8 à 24 mois.

Selon le ministère, la fin du confinement mis en place à cause de l’épidémie de coronavirus et la reprise d’activité, notamment la réouverture d’une partie des restaurants, ont fait augmenter la demande. En hausse pour le second mois consécutif, les abattages de vaches allaitantes dépassent de 6 % leur moyenne quinquennale.

À lire aussi : Crise sanitaire, les marchés peinent à se recaler après le coronavirus (18/06/2020)

Le cheptel laitier préservé

« Après une hausse en avril, les abattages de vaches laitières en têtes se replient de 2 % en mai par rapport à 2019, malgré une demande en viande hachée toujours présente, analyse le ministère. La volonté de conserver le capital de production laitière pourrait expliquer ce recul des abattages alors que la collecte de lait baisse légèrement en avril. »

À lire aussi : Gestion de crise, 48 millions de litres de lait « évités » en avril (17/06/2020)

E.R.