Entamée le 20 mai 2021, cette grève entend riposter à la décision du gouvernement de suspendre les exportations de viande bovine afin de forcer à la baisse des prix sur le marché intérieur.

À lire aussi : La demande française soutient les prix des vaches de réforme (31/05/2021)

Jusqu’au 2 juin 2021

« Nous appelons à poursuivre l’arrêt de la commercialisation de toutes les catégories de bovins jusqu’à minuit mercredi 2 juin », a annoncé vendredi, le 28 mai, dans un communiqué le syndicat regroupant les quatre principales organisations patronales du secteur.

À lire aussi : Des pistes pour sortir la viande bovine française de l’impasse (27/05/2021)

« La voie choisie par le gouvernement ne permettra pas de faire baisser les prix intérieurs de la viande, mais aura l’effet inverse », prédisent-elles. Des réunions entre les représentants de l’industrie et du gouvernement ont tenté de débloquer le conflit. Sans succès.

Des stocks dans les abattoirs

La suspension des ventes de bovins sur les marchés ne se fait pour l’heure pas ressentir dans les boucheries en raison des stocks accumulés dans les abattoirs et d’une baisse de la consommation.

Le gouvernement a décidé le 17 mai de suspendre pour 30 jours les exportations de viande bovine du fait de l’impact de la hausse des prix alimentaires sur l’inflation, l’un des plus élevés au monde (+17,6 % au cours des seuls quatre premiers mois de l’année).

Maîtrise l’inflation

Le coût de la vie a augmenté de 46,3 % en Argentine ces 12 derniers mois et le prix du kilo de bœuf de 65,3 % en avril par rapport au même mois de 2020. Le gouvernement cherche à faire baisser le prix sur les étals, alors que la pauvreté frappe 47 % de la population.

« Nous lèverons la suspension (de l’exportation) lorsque nous aurons résolu cette question », a déclaré jeudi le président de centre-gauche Alberto Fernandez dans une interview sur YouTube. « Entre les exportateurs et le peuple, je choisis le peuple », a-t-il ajouté.

Même si elle diminue, la consommation de viande de bœuf atteint 49,2 kg en moyenne par an et par personne, indique la Chambre d’industrie et de commerce de la viande et des produits carnés, ce qui fait des Argentins les plus gros mangeurs de bœuf et de veau au monde, selon l’OCDE.

AFP