Pour lever les nombreuses zones d’ombre sur le futur plan stratégique national (PSN) et sortir d’une vision « très partielle très conditionnelle et parfois partiale », la Coordination rurale (CR) réclame au ministère « des simulations plus complètes et territorialisées ».

Les scénarios présentés par le ministère n’évoquent que les aides du premier pilier, sans visibilité sur les compensations possibles, regrette le syndicat, tout en reconnaissant qu’il reste beaucoup d’incertitudes tant que les arbitrages européens ne sont pas rendus (ils sont espérés pour la fin de mai). Pour autant, commente la CR, la Pac proposée « est malheureusement très éloignée de nos revendications pour une Pac européenne forte et protectrice ».

> À lire aussi : Plan stratégique national, les premiers arbitrages pour la future Pac dévoilés en avril (08/04/2021)

Ce qui va dans le bon sens, selon la CR…

À ce point d’étape et à la lecture des scénarios proposés par le ministère, la CR rappelle ses revendications pour les aides du premier pilier. La CR est favorable à l’augmentation de l’aide aux protéines végétales, de 2 % à 3 % du premier pilier, mais sans amputer les autres aides couplées, et sous réserve de la remise en place de l’aide pour prairies riches en légumineuses.

Concernant la nouvelle aide bovine à l’UGB à l’étude, la proposition lui semble « intéressante », avec un chargement à 1,4, un seuil à 100 UGB, pour des animaux de plus de 16 mois, avec transparence Gaec. À la condition toutefois, selon la CR, de conserver deux enveloppes distinctes pour les bovins allaitants (BA) et les bovins laitiers (BL) et d’une aide BA supérieure à l’aide BL, précise la CR.

Pour l’aide ovine, la CR défend la sanctuarisation du ratio de productivité.

Enfin, le syndicat est favorable au doublement du paiement JA, financé sur le budget des aides découplées (DPB).

> À lire aussi : Pac 2023-2027, la FNPL favorable à une aide à l’UGB (09/04/2021)

… et ce qu’il ne faudrait pas bouger

Plutôt qu’une aide au maraîchage et petits fruits, pour les exploitations comprises entre 1 ha et 4 ha, et dont c’est l’activité unique, la CR estime que les fonds affectés à cette aide (entre 15 et 30 millions d’euros selon les scénarios) seraient mieux employés à soutenir les cultures de protéines.

La CR reste opposée à la poursuite de la convergence, à l’augmentation du paiement redistributif, ainsi qu’à toute augmentation du taux de transfert du premier vers le deuxième pilier.

Sophie Bergot