« Nous sommes 28 millions de foyers en France : si chaque foyer achète un pack de lait bio dans les prochains mois, alors chaque producteur Biolait peut vivre décemment et sereinement de son métier. » Tel est le cri du cœur lancé par Biolait, le premier collecteur de lait bio français, le 20 octobre 2021.

240 millions de litres en plus

Entre 2020 et 2022, 240 millions de litres de lait supplémentaires sont attendus dans la filière française du lait biologique. En face, la consommation peine à suivre le rythme. Les séquelles de la crise sanitaire n’aident pas.

Contrairement aux tendances observées en 2020, au gré des confinements, « les visites en magasins se raréfient, les caddies grossissent et les craintes sur le pouvoir d’achat se renforcent » cette année, relate le président de Biolait, Ludovic Billard. Et cela n’avantage pas les gammes bio.

À lire aussi : Marchés laitiers, 240 millions de litres de lait bio supplémentaires en 2022 (22/09/2021)

Relancer la consommation

Pour autant, le président de Biolait ne voit pas cette situation s’inscrire dans la durée. « Le lait bio représente 5 % de la collecte laitière nationale, c’est beaucoup moins que dans certains pays. Je suis persuadé que le marché n’est pas encore mature. La demande va repartir, reste à savoir quand. »

À lire aussi : Produits laitiers, « On ne peut pas parler de crise » du lait bio (12/10/2021)

Pour forcer le destin, et accélérer le rééquilibrage attendu entre l’offre et la demande de lait bio, « il faut redonner du crédit au label », estime Ludovic Billard. Le responsable attend également des politiques qu’ils « prennent leurs responsabilités » car « la filière se développe presque seule », alors même qu’elle « répond aux attentes des consommateurs et d’Egalim ». « À l’heure actuelle, il n’existe pas de dispositif de soutien pour la filière. »

À lire aussi : Agence bio, une campagne de promotion du bio pour soutenir les marchés en difficulté (15/10/2021)

Demandes d’adhésion suspendues

Pour assainir la situation, en plus de solliciter une mobilisation citoyenne, Biolait a suspendu les demandes d’adhésion depuis le mois de juin 2021. Seuls les projets liés à une installation sont étudiés. « Il ne faut pas perdre de vue l’enjeu du renouvellement des générations, il faudra être au rendez-vous quand le marché repartira », justifie Ludovic Billard.

En 2021, Biolait table sur une collecte de 309 millions de litres de lait bio. Le taux de déclassement ayant augmenté, « le prix du lait sera moins bon qu’en 2020 », prévient le président.

Alexandra Courty