« En avril 2022, les abattages de porcs charcutiers reculent de 1,5 % en têtes et de 1,6 % en tec [tonnes-équivalent carcasse] sur un an », rapporte Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, dans une note de conjoncture publiée le 27 mai 2022.

 

Le poids moyen des porcs à l’abattage s’établit à 94,5 kg, en repli de 400 g par rapport à avril 2021.

 

La flambée des cours se poursuit

Sur avril, le cours moyen du porc français s’établit à 1,86 €/kg de carcasse. Il dépasse ainsi de 17,1 % celui de l’an passé, et de 17,6 % la moyenne quinquennale. « Ces niveaux élevés s’observent également dans les pays producteurs de l’Union européenne », détaille Agreste.

 

De son côté, le prix de l’aliment continue de flamber, dans un contexte de hausse des cours des matières premières lié au conflit ukrainien. D’après Agreste, en mars 2022, il a progressé de 19,2 % sur un an, et de 30,5 % par rapport à la moyenne quinquennale.

 

Un rebond des échanges de viande de porc

Les importations et exportations françaises de viande et graisse porcines progressent, en volume, respectivement de +12,3 % et +1,2 % entre mars 2021 et 2022.

 

Quant au solde des échanges extérieurs de viande et graisse porcines, il reste positif même s’il continue de se dégrader. Toujours selon Agreste, la valeur du déficit se creuse fortement, passant de –4,9 millions d’euros en 2021 à –12,7 millions d’euros en 2022.

 

Concernant la consommation de viande porcine, elle est en hausse de 1,7 % par rapport aux niveaux de l’an dernier.