« Il s’agit d’un accord historique : c’est le premier signé à la suite de la reconnaissance officielle de l’AOP Porc Grand Ouest », se félicite l’organisation de l’amont, qui rassemble dix groupements de producteurs (1).

Elle a noué le 30 décembre 2021 un accord avec le groupe d’abattage Kermené, filiale du distributeur E. Leclerc, concernant la valorisation des mâles castrés et entiers nés à partir du 1er janvier 2022, qui coïncide avec l’entrée en vigueur de l’interdiction de la castration à vif des porcelets.

> À lire aussi : Quelles alternatives à la castration à vif des porcelets ? (08/12/2021)

D’autres négociations en cours

Pour Jean-Luc Chéreau, président de l’AOP Porc Grand Ouest, « c’est une grande satisfaction, car cet accord prend en compte le différentiel de performances techniques entre les mâles entiers et castrés ». Ni volumes ni prix n’ont été dévoilés, « afin de ne pas impacter les autres négociations en cours entre l’AOP et des acteurs de l’abattage », indique un responsable de l’amont.

« L’enjeu est de ne pas créer de distorsions entre producteurs de porcs mâles entiers et castrés, expliquait Michel Bloc’h, président de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB), lors de son assemblée générale le 3 décembre dernier. Les discussions se poursuivront au-delà du 1er janvier 2022. Nous prendrons tout le temps nécessaire pour bien négocier. »

> À lire aussi : Les abatteurs proposent 2 centimes supplémentaires pour les porcs castrés (09/12/2021)

Vincent Guyot