« La crise sanitaire a plombé le marché du chevreau », résume l’Institut de l’élevage (Idele). Si la filière du lait de chèvre a su s’accommoder du pic de collecte printanier, la viande de chevreau a largement souffert du changement des habitudes de consommation. Les surstocks constitués chez les industriels avaient conduit ces derniers à annoncer un contingentement d’environ 50 % sur les volumes...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !