L’AGPB (1) avait déjà fait une telle demande en août 2020. Le 17 septembre 2020, l’association spécialisée s’unit avec l’AGPM (2), la CGB (3) et la Fop (4) pour appeler le gouvernement à « prendre des mesures à la hauteur de la situation ».

« En 2019-2020, les conditions climatiques (automne pluvieux, hiver sans gel puis la sécheresse qui a suivi), et les attaques désastreuses de ravageurs, ont amputé la production de blé tendre (-25,5 %), de blé dur (- 16,7 %), des orges (-20,1 %), du colza et des protéagineux (-6,5 %) et des betteraves (-15,4 %) », soulignent les syndicats. Ils estiment aussi que « les perspectives sont sombres pour les maïs non irrigués ».

> À lire aussi : Rendements des cultures d’été, tournesol qui rit, betterave qui pleure (15/09/2020)

Un ensemble de revendications

Leurs demandes s’articulent autour de trois piliers :

  • Garantir la résilience des exploitations au travers d’un rééquilibrage de la Pac en faveur des producteurs de grandes cultures, de solutions assurantielles pour faire face à l’ampleur croissante des aléas, et d’une politique de gestion et stockage de l’eau efficace ;
  • Accompagner la transition agroécologique en soutenant la compétitivité des entreprises et l’économie des filières par l’adoption de mesures fiscales incitatives et immédiates ;
  • Déployer une politique de gestion des moyens de production cohérente qui fait le pari de l’innovation, de la recherche via des investissements significatifs (numérique, robotique, variétal) et non des interdictions brutales.

> À lire aussi : Crise : un céréalier sur deux ne dégagera pas de revenu en 2020 (08/09/2020)

Hélène Parisot

(1) Association générale des producteurs de blé

(2) Association générale des producteurs de maïs

(3) Confédération générale des planteurs de betteraves

(4) Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé corrige, sous l’effet de nouvelles climatiques

Les prix du blé étaient en baisse, ce lundi 26 octobre 2020 après-midi, sous l’effet notamment de bonnes nouvelles sur le front du climat aux États-Unis et en Russie et des craintes concernant l’évolution de la situation sanitaire en France.