« Les cultures de printemps et d’été ont moins souffert en termes de production (NDLR que celles d’automne) grâce essentiellement à une progression de leur sole, les rendements accusant là aussi une baisse », estime le service de la statistique et de la prospective (SSP) du ministère de l’Agriculture dans l’Agreste Conjoncture portant sur les grandes cultures, paru le 15 septembre 2020.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !