Selon les chiffres diffusés par la FAO le 3 septembre 2020, la production mondiale de céréales pour la campagne de 2020-2021 atteindrait 2 765 millions de tonnes. C’est 25 millions de tonnes de moins (0,9 %) que dans les prévisions diffusées en juillet, mais 58 millions de tonnes au-dessus de résultats de 2019.

Révision à la baisse pour le maïs

Cette baisse est à mettre sur le compte des céréales secondaires, et en particulier le maïs. Leur production mondiale atteindrait 1 496 millions de tonnes, soit 23,5 millions de tonnes de moins que lors des précédentes estimations. La plus grande partie de ce recul est liée à la production américaine de maïs, ainsi qu’à celle de l’Union européenne, de l’Indonésie et de l’Ukraine.

À lire aussi : L’Europe revoit les rendements des cultures d’été à la baisse (15/09/2020)

La prévision de récolte de maïs aux États-Unis enregistre une baisse de 26,3 millions de tonnes par rapport à juillet. « Les semis […] sont moins importants que prévu et les dégâts de la tempête qui a touché récemment le Midwest ont […] altéré les perspectives de rendement. » Le pays récolterait tout de même 380 millions de tonnes de maïs, 10 % de plus qu’en 2019.

Les prévisions concernant l’Union européenne et l’Ukraine sont aussi en repli du fait d’une météo défavorable qui a « tiré les perspectives de rendement vers le bas ». Toutes « ces baisses font plus que compenser les révisions à la hausse apportées aux prévisions concernant la production de maïs en Argentine et au Brésil, [qui attendent] des récoltes records. »

À lire aussi : Rendements des cultures d’été, tournesol qui rit, betterave qui pleure (14/09/2020)

Pour l’orge aussi

La FAO a également révisé à la baisse ses prévisions concernant la production mondiale d’orge. Elle les a réduites de 1,2 million de tonnes, « sous l’effet du recul des perspectives de rendement dans l’Union européenne. Elles s’établissent à présent à 154,2 millions de tonnes. »

En revanche, la production mondiale de sorgho atteindrait près de 60 millions de tonnes, soit 6 % de plus que l’an précédent. La FAO a revu à la hausse ses prévisions concernant l’Inde, le Mexique et les États-Unis d’Amérique.

Quant au blé, sa production mondiale s’établirait à 760,1 millions de tonnes, légèrement en dessous de son niveau de 2019. Les prévisions reculent de 1,4 million de tonnes par rapport à juillet. Les ajustements à la baisse pour l’Argentine, l’Union européenne et les États-Unis, ont dépassé ceux à la hausse au Brésil, au Canada, en Fédération de Russie et en Ukraine.

À lire aussi : L’USDA révise à la hausse la production mondiale de blé (14/09/2020)

Des stocks mondiaux qui s’alourdissent

Les prévisions de la FAO pointent un autre « record absolu » concernant l’état des stocks mondiaux de la fin de la campagne de 2020-2021. Si leur niveau est abaissé de 33,4 millions de tonnes par rapport à juillet et tombe à 895,5 millions de tonnes, il progresse de 14,6 millions de tonnes (+1,7 %) par rapport à leur niveau d’ouverture.

Éric Roussel
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé plombé par l’épidémie de coronavirus

Les prix du blé reculaient sur Euronext, ce jeudi 24 septembre 2020 à la mi-journée, dans un contexte de durcissement des restrictions destinées à enrayer la pandémie de coronavirus.