Pour la troisième année consécutive les surfaces de betteraves reculent. En effet, dans sa dernière note de conjoncture, Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, indique qu’elles « devraient passer sous le seuil de 0,4 million d’hectares ».

Betteraves, 369 000 hectares

Dans le détail, pour les betteraves industrielles les surfaces ont régressé de 5,9 % en glissement annuel pour s’établir à 369 milliers d’hectares. « Depuis la suppression des quotas en 2017, elles ont perdu près de 100 000 ha », souligne le service du ministère de l’Agriculture.

Le gel de ses derniers jours a particulièrement touché les betteraves qui sortaient tout juste de terre. Cette vague de froid devrait donc impacter les surfaces et la production de betteraves.

> À lire aussi : Le gel a frappé fort sur les cultures (09/04/2021)

Blé, des conditions de semis plus favorables

Pour le blé, les prévisions sont optimistes. En effet, la sole de blé tendre augmente de 14,6 % en glissement annuel et s’établit à 4,9 millions d’hectares. Agreste l’explique par « des conditions de semis plus favorables qu’en 2019 ».

La sole de blé dur progresse également de 6,2 % en un an et atteint 267 milliers d’hectares. La baisse atteint cependant 17,2 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Orge, baisse importante des surfaces

En revanche, en orge, les surfaces reculent de 12,1 % en glissement annuel. Cette forte régression s’explique par une baisse importante (–34,1 %) de l’implantation d’orges de printemps.

« Lors de la campagne précédente, les difficultés d’implantation des cultures d’hiver avaient favorisé cette culture, phénomène qui ne s’est pas renouvelé cette année », explique Agreste.

Colza, moins de 1 million d’hectares.

Le colza, quant à lui, est à son « plus bas niveau depuis 1997 ». Les surfaces semées diminuent en effet de 11 % sur un an et de 27 % par rapport à la moyenne de 2016 à 2020, pour s’établir à moins d’un million d’hectares.

Les colzas, en fleur au moment de l’épisode de gel, ont eux aussi été impactés. Il faudra déterminer l’impact sur les rendements.

Les protéagineux, quant à eux, tirent leurs épingles du jeu puisque leurs surfaces sont estimées à 319 milliers d’hectares.

> À lire aussi : Un fonds exceptionnel pour soutenir les agriculteurs victimes du gel (12/04/2021)

Pommes de terre, les confinements impactent les surfaces

Les implantations de pommes de terre de conservation et de demi-saison ont reculé de 6,7 % en un an pour atteindre 148 milliers d’hectares.

Ce fort recule s’explique par la perte de débouché en raison des mesures sanitaires mises en place pour lutter contre le Covid-19 et plus particulièrement de la fermeture des restaurants.

> À lire aussi : Covid-19, le dispositif d’aides pour les pommes de terre industrielles est opérationnel (08/01/2021)

Marie-Astrid Batut
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé se renforce, soutenu par les caprices de la météo

Les prix du blé progressaient, jeudi 5 août 2021 à la mi-journée, portés par les attentes déçues concernant le volume et la qualité de la production européenne.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Colza en hausse

Les prix du colza évoluaient dans le vert jeudi sur Euronext, au lendemain d’estimations révisées de la production française de céréales et d’oléagineux