C’est une première en France. Le 24 janvier 2023, l’Anses a révélé l’existence d’un chat malade testé positif au virus de l'influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) H5N1 dans les Deux-Sèvres, à la fin du mois de décembre 2022. « Ce chat, qui vivait à proximité d'un élevage de canards atteint par le virus, souffrait de symptômes neurologiques graves dus à l’infection virale et a dû être euthanasié », précise l’organisme.

Le virus détecté chez l’animal de compagnie présentait « des caractéristiques génétiques d’adaptation aux mammifères », permises par des mutations du génome. Ce chat était l’unique porteur du virus mutant, qui n’était pas présent chez les canards à l’origine de la contamination. D’après l’Anses, « la sensibilité des chats aux virus de l’IAHP est connue depuis 2004 et a déjà été démontrée en Thaïlande et en Allemagne en 2006. »

Grippe aviaire, 4,6 millions de volailles abattues en cinq mois (25/01/2022)

Risque d’un passage à l’homme

Or « la contamination d’animaux de compagnie comme le chat pourrait faciliter le passage du virus à l’être humain », alerte l’organisme. Par conséquent, il est indispensable de les maintenir à distance des élevages touchés par l’influenza aviaire et des « opérations d’euthanasie des foyers de canards contaminés ».

Par ailleurs, l’Anses recommande aux personnes exposées aux virus influenza porcins et aviaires de se faire vacciner contre la grippe saisonnière. « Une infection simultanée par un virus de l’influenza aviaire et un virus de la grippe humaine pourrait conduire à l’émergence d’un nouveau virus grippal potentiellement très contagieux pour l'être humain », explique l’agence sanitaire.

Santé animale, la grippe aviaire de retour en élevage dans les Landes (24/01/2023)