Le syndicat des fabricants de produits laitiers frais estime qu’une revalorisation du prix d’achat par leurs clients, de l’ordre de 20 à 24 % est nécessaire. Pourquoi ? Pour tenir compte de l’inflation rencontrée par les différents maillons de la filière.

 

« Nous sommes parfaitement conscients de la nécessité de préserver le pouvoir d’achat des Français en ces périodes d’inflation. Mais nous, industriels de la transformation, ne pouvons pas porter l’intégralité de cette charge sur nos épaules » explique Patrick Falconnier, président de Syndifrais, dans un communiqué de presse publié le 2 septembre 2022.

 

> À lire aussi : Négociations commerciales, l’industrie laitière exige une « hausse immédiate des prix » (31/08/2022)

Des produits laitiers en marge négative

Si la hausse du prix du lait, de l’ordre de 25 % en un an ne compense pas totalement les hausses de charges subies par les agriculteurs, elle place les industriels en porte à faux : « Nous avons toujours travaillé avec des marges extrêmement faibles qui ne nous permettent pas d’absorber les multiples hausses qui nous touchent », ajoute Patrick Falconnier, alors que certaines gammes de produits laitiers présentent aujourd’hui des marges négatives.

 

Au-delà du lait, les transformateurs se heurtent également à la hausse des autres matières premières agricoles. Le prix du sucre a notamment progressé de 130 % sur ces deux dernières années, de même que les fruits et autres ingrédients alimentaires, alors que les emballages et l’énergie semblent s’installer sur des standards de prix très élevés.