"Stupéfaits et dépités", les producteurs de fruits et légumes déplorent ce vendredi 25 novembre 2022, le classement sans suite de leur plainte déposée contre le député écologiste Julien Bayou pour "incitation à la dégradation de propriétés privées". Ils annoncent se tourner vers le Garde des Sceaux.

Dépôts de plaintes, agression, menaces de mort, les projets de réserves de substitution payent un lourd tribut. Moins d’un mois après la manifestation du week-end du 29 octobre 2022 à Sainte-Soline dans les Deux-Sèvres, la tension monte d’un cran entre certains élus et des militants "anti-bassines".

Incitation à la dégradation de réserves d’eau

La semaine dernière, les avocats de plusieurs organisations de la filière des fruits et légumes ont déposé une plainte classée sans suite ce 25 novembre contre le secrétaire national d'Europe Écologie Les Verts Julien Bayou, pour provocation suivie ou non d’effet à commettre un délit.

En cause, ses propos tenus le 23 août dernier au micro de BFMTV au sujet des réserves d’irrigation. Les organisations de producteurs l’accusent d’avoir encouragé la "dégradation de propriétés privées", comme celle d’une réserve d’eau d’un arboriculteur au sud de Poitiers, et annoncent "se tourner vers le Garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti, pour faire cesser ces atteintes au droit".

Menaces de mort dans les Deux-Sèvres

Hier, jeudi 24 novembre, la Confédération paysanne dénonçait "les propos scandaleux" du président de la chambre d'agriculture interdépartementale Jean-Marc Renaudeau, rapportés mardi par le Courrier de l’Ouest.

Interrogé au sujet des menaces de mort proférées à l’encontre de Benoît Jaunet, coporte-parole de la Confédération paysanne des Deux-Sèvres et militant "anti-bassines", l’élu a "dit condamner toutes les formes de harcèlement, mais il arrive parfois que l’arroseur soit arrosé".

Agression d’un militant "anti-bassines"

Dernier fait en date, l’ouverture d’une enquête le 24 novembre 2022, après la plainte déposée par un militant "anti-bassines" agressé à la mi-novembre, a indiqué l’AFP. Selon un communiqué de "Bassines non merci" dont il est membre, le plaignant hospitalisé est le neveu d’un porte-parole du collectif, Julien Le Guet, lui-même "menacé à différentes reprises".

Autant de faits qui témoignent de la tension autour des projets de réserves d’eau, contre lesquels de nouveaux appels à la mobilisation ont été lancés dès le 28 novembre.