Selon les chiffres du ministère de l’agriculture publié le 6 septembre 2021, depuis janvier 2021, les abattages de volailles chutent, comparativement à la moyenne sur trois ans, pour toutes les espèces, hormis le poulet. En juillet 2021, ils sont inférieurs de 3,2 % en poids, l’écart se réduisant toutefois.

Les abattages diminuent sauf pour le poulet

Les abattages de poulets de chair sont soutenus, supérieurs de 3,5 % à cette moyenne. Quant aux autres espèces, les niveaux restent en net retrait : –7 % pour les dindes, –11 % pour les canards à rôtir, –38,4 % pour les canards gras et –35,3 % pour les pintades.

En juillet 2021, les abattages de volailles toutes espèces confondues reculent de 1,1 % sur un an. La hausse de 2,2 % des poulets ne permet pas de compenser le repli des autres espèces : –4,4 % pour les dindes, –32 % pour les canards gras et –18,5 % pour les pintades.

Source : Modèle SSP/ITAVI/CNPO — Production des élevages professionnels

Des mises en place très contrastées, surtout pour les canetons

En juin 2021, les mises en place de poussins de chair sont contrastées selon les espèces. Par rapport à juin 2020, les mises en place de poulets augmentent (+5,6 %), celles de pintades sont stables tandis que celles de dindes reculent fortement (–15,2 %). Les mises en place de canetons se redressent fortement (+32,8 %), avec un rebond des éclosions qui pourrait annoncer les sorties de crise de production pour les deux filières : fin du dépeuplement d’élevages de canards à gaver pour endiguer l’épidémie d’influenza aviaire dans le Sud-Ouest (mise en place de janvier à mai), et pour la filière du canard à rôtir, une reprise de l’activité de production compte tenu d’un contexte sanitaire plus favorable à l’ouverture des débouchés.

En juin 2021, la consommation calculée de viandes de volailles est quasi stable (+0,2 sur un an). Celle de poulet continue d’augmenter (+7,2) alors que celles de dinde et de canard reculent, respectivement de –9,8 et de –30,8).

Renaud d’Hardivilliers