« Force est de constater que la trajectoire envisagée n’est pas au rendez-vous », concède Sodiaal, dans un courrier adressé à ses adhérents le 23 juillet 2021. Au début de l’année, la coopérative avait pourtant « gardé une posture volontairement offensive en maintenant le cap de la rémunération pour l’année 2021, reconduisant le prix payé en 2020. »

> À lire aussi : Un résultat en 2020 « à l’équilibre » pour Sodiaal (01/07/2021)

15 millions de litres en trop

C’était sans compter le dynamisme de la production printanière. « La ressource laitière a largement dépassé le cadre prévu profitant à plein des conditions favorables de la pousse de l’herbe », indique la coopérative. 15 millions de litres de lait ont ainsi été collectés « au-delà du budget », dont « près de la moitié au titre du deuxième trimestre ».

Sodiaal pointe en parallèle une « panne de croissance » sur les marchés des produits de grande consommation bio depuis l’automne dernier, et même une tendance négative sur les cinq premières périodes de 2021, « allant de –4,1 % (fromages) à –9,6 % pour la crème, le segment du lait de consommation se situant à –8,6 % ».

> À lire aussi : Grande distribution, une année 2020 porteuse pour le marché des produits laitiers (10/07/2021)

« Effet de ciseaux »

Observant un « effet de ciseaux » et une « forte dégradation du taux de déclassement initialement prévu », la première coopérative laitière française a décidé de réorienter 10 % des volumes de lait bio collectés vers la filière non-OGM, « dont la demande reste dynamique ». Cette disposition entrera en vigueur à partir d’août 2021, sur une durée de 12 mois.

Dans les faits, 90 % du lait bio collecté continuera de respecter la reconduction du prix de 2020, soit 470 €/1 000 l en août 2021, et 500 € pour septembre, toutes primes et toutes qualités confondues. Sur la même période, les 10 % de volumes restants suivront la grille tarifaire de la filière non-OGM, à savoir 357 €/1 000 l en août, et 387 € en septembre, « compte tenu des effets de saisonnalité ».

> À lire aussi : Le prix du lait européen poursuit sa progression (15/07/2021)

« Ce décalage va se réguler »

Interpellé par ses pairs sur Twitter, Sébastien Courtois, éleveur laitier et administrateur de Sodiaal, estime que cette situation est « le résultat d’une production plus forte que celle prévue d’un côté et de l’autre, une consommation en baisse par rapport à 2020 ».

Il assure que « ce décalage va se réguler, puisque nous ne prenons plus de nouvelles conversions depuis 2021, et que nous avions bien réduit les deux années précédentes ». « Nous sommes les premiers à avoir stoppé les conversions après les avoir réduites les années précédentes, ce qui nous avait valu quelques critiques », défend-il.

Vincent Guyot