« La tentation d’arrêter l’élevage n’est plus taboue », écrivent les présidents de la chambre d’agriculture de Bretagne dans une longue lettre ouverte rendue publique ce vendredi 26 novembre 2021, et adressée notamment au ministre de l’Agriculture et aux élus de la région.

À lire aussi : Ils hésitent à continuer leur exploitation ou à se reconvertir (19/11/2021)

L’élevage menacé

« Les revenus de l’élevage sont toujours à la peine et inférieurs aux revenus des filières végétales », relève la chambre d’agriculture qui voit se profiler « une végétalisation rampante ». En clair, la production animale ne rémunérant plus assez, les élevages commencent à être remplacés par des céréales, plus rémunératrices.

Les auteurs de la lettre constatent une diminution du nombre de bovins en 2021, et « la tendance semble s’accélérer ». La filière porcine fait face à « une envolée des matières premières ». En volailles, ils déplorent une « importation inacceptable par notre RHD (restauration hors domicile, NDLR) hexagonale ».

« Face à cette usure économique et morale des producteurs », le renouvellement des générations « pourrait être confronté à la rébellion de la nouvelle génération, et l’absence de consentement à payer pourrait aboutir à l’absence de consentement à produire », écrivent les représentants des agriculteurs.

À lire aussi : Agriculteurs et éleveurs crient leur ras-le-bol dans les rues de France face à la hausse des charges (03/11/2021)

Mettre de la cohérence

« Les éleveurs aspirent à une vision et une cohérence entre politiques publiques et politiques de filières, entre enjeux de souveraineté alimentaire, enjeux climatiques et environnementaux ! », poursuivent-ils, soulevant notamment les questions de la souveraineté alimentaire comme des énergies issues de l’agriculture.

« Les politiques publiques en faveur de la production d’énergies renouvelables représentent-elles un risque pour la vocation alimentaire de l’élevage ? Risquent-elles de transformer insidieusement les terres à vocation fourragère en surface de biomasse à vocation énergétique […] pour “faire son beurre”, vaudra-t-il mieux être énergiculteur qu’éleveur ? », s’interrogent les auteurs de cette lettre.

À lire aussi : Les coûts de production flambent (25/11/2021)

Un déficit d’image

Revenant sur les gaz à effet de serre émis par l’élevage, ils demandent : « veut-on en Bretagne la neutralité carbone de l’élevage breton, sans vache dans les champs, sans jambon, sans poulet régional dans nos cantines ? ».

L’élevage mérite d’« être mieux connu et compris dans son rôle économique dans les territoires, y compris dans son traitement médiatique […] C’est maintenant que l’espoir d’un rebond doit être donné aux éleveurs : un espoir politique, un espoir économique, un espoir social et sociétal pour les jeunes générations », concluent-ils.

Au niveau national, la Bretagne fournit 57 % des porcs, un tiers des poulets de chair, 45 % des œufs et 20 % du lait. Cette production fait de l’agroalimentaire un des principaux pourvoyeurs d’emplois en Bretagne.

AFP