C’est le premier véritable coup de semonce du syndicat agricole dans cette affaire débutée le 2 juillet 2020 avec le lancement du projet de référendum d’initiative partagée sur les animaux : le 23 septembre 2020, la FNSEA a fait part de sa colère à l’encontre de certains « milliardaires du numérique » initiateurs de ce référendum. « Se drapant publiquement de vertu pour la cause animale, [ils] cherchent en réalité à réaliser une OPA sur la viande », déclare-t-elle dans un communiqué.

« Les masques tombent »

Les masques sont tombés, estime le syndicat, avec l’annonce de l’ouverture de l’usine « Les nouveaux fermiers ». Le but étant de « faire passer des usines pour des fermes » et de substituts de viande à base de végétaux pour de la viande.

À la manœuvre dans cette opération, la FNSEA cible le milliardaire Xavier Niel, parmi les investisseurs de la nouvelle usine. « D’un côté, il prône l’arrêt de l’élevage. De l’autre, il se positionne sur un marché nouveau qui serait bien aidé par la fin de l’élevage. Un mélange des genres » néfaste pour la démocratie, d’autant plus que Xavier Niel « étend son emprise sur les médias en acquérant différents groupes de presse pour soutenir ses intérêts financiers ».

À lire aussi : Cause animale, « ma signature ne figurera pas sur le RIP » (07/09/2020)

En débat à l’Assemblée nationale

« Si les éleveurs n’ont jamais été dupes de cette stratégie déjà éprouvée par les “gourous de la tech” de l’autre côté de l’Atlantique, souligne la FNSEA, c’est maintenant aux consommateurs d’apprécier cette réalité. »

Le 8 octobre, un débat sur la souffrance animale autour du projet de loi, déposé par le groupe EDS de Cédric Villani, se tiendra à l’Assemblée nationale. Le texte reprend en grande partie les mesures soutenues par le référendum sur les animaux.

À lire aussi : Référendum d’initiative partagée, cabale contre l’élevage (10/09/2020)

Rosanne Aries