Dans son rapport de janvier 2022, le Conseil international des céréales (CIC) a revu à la baisse sa prévision de la production mondiale de céréales (blé et céréales secondaires) pour 2021-2022. Elle baisse ainsi de 1 million de tonnes, pour se situer à 2 286 millions de tonnes. Il s’agit toujours d’un niveau record.

Les stocks de fin de campagne sont désormais estimés à 601 millions de tonnes, contre 600 millions de tonnes lors du précédent rapport, en novembre 2021.

35,5 millions de tonnes de blé australien

Le CIC a révisé « à la hausse son estimation de production mondiale de blé à 781 millions tonnes contre 777 affichés précédemment, souligne Agritel. Cela est notamment dû à l’Australie dont la production est revue en hausse à 35,5 millions contre 32,0 auparavant ».

La production mondiale de maïs est, elle, en repli de 5 millions de tonnes (1 207 millions de tonnes), essentiellement suite à une baisse estimée au Brésil.

Soja : pénalisé par la météo en Amérique de Sud

Concernant le soja, le CIC a réduit sa prévision de production mondiale pour 2021-2022 à 368 millions de tonnes (–12 millions de tonnes par rapport à son dernier rapport). Cela reflète selon le Conseil « l’impact du temps chaud et sec sur les perspectives de récolte en Amérique du Sud ». Le 12 janvier 2021, le ministère américain de l’Agriculture (USDA) a également revu en forte baisse son estimation de la production mondiale de soja pour 2021-2022.

La consommation devrait être importante sur cette campagne, en partie en lien avec « l’offre restreinte d’alternatives, à savoir colza/canola », estime le CIC. Ainsi, les stocks de fin de campagne pourraient baisser de 6 % d’une année sur l’autre.

Hélène Parisot
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Les restrictions à l’exportation de blé en Inde poussent les prix à la hausse

La sécheresse qui sévit dans plusieurs pays du monde, mais aussi le conflit en mer Noire, affectent les prix des céréales à la hausse, blé en tête ce lundi 16 mai 2022.