Contrairement aux idées reçues, les laines des races bouchères (1) du grand bassin allaitant ouest français sont homogènes et les croisements participent au nivellement de la qualité. Telles sont les conclusions d’une étude conduite par Lainamac, une association de professionnels transformateurs de laine et de fibres textiles du Massif central. « C’est la première fois que ces types d’analyses sont effectués sur ces races », souligne Jules Kister, l’auteur du rapport. Finesse, longueur ou couleur de ces laines ont été passées au crible. « La matelasserie, le textile d’ameublement et le tapis ou la moquette semblent parfaitement adaptés à leur valorisation », indique Jules Kister. Des résultats qui pourraient laisser entrevoir un débouché local, alors que ces laines sont le plus souvent exportées en suint.

(1) L’étude a concerné 18 échantillons issus des races (pures et croisées) charmoise, charollaise, rouge de l’Ouest, suffolk, texel, vendéenne, provenant de 9 élevages différents.