« Bien que la crise sanitaire ait stoppé net la belle dynamique de la collecte française, la baisse du prix du lait de printemps est moins marquée que ce que l’on pouvait craindre. Les prix ont certes reculé entre le premier et le second trimestre, mais cela est principalement lié à la saisonnalité. On reste sur des niveaux élevés par rapport aux années précédentes.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !