"Attention Messieurs les industriels et les patrons de grande surface, à force de tirer sur la corde, celle-ci risque de casser", préviennent la FRSEA et Jeunes Agriculteurs (JA) de Bretagne, dans un communiqué de presse publié le 4 novembre 2022. Les deux syndicats font état d’une importante hausse des charges en élevage, en particulier concernant l’aliment des porcs charcutiers (+41 %) et l’énergie (+42,4%).

En parallèle, le cours du porc au Marché du porc breton "vient de subir 3 semaines de baisses maximales, replaçant par la même occasion la moitié des éleveurs français sous le prix d’équilibre". Il s’établissait à 2,053 €/kg le 10 octobre 2022 couvrant "tout juste le prix de revient moyen". Il est désormais de 1,859 €/kg, à la dernière cotation du 3 novembre 2022.

« La déprise de l’élevage est enclenchée »

"Les éleveurs de porcs ne doivent pas supporter la hausse des charges de l’aval de la filière", s’agacent la FRSEA et JA de Bretagne. Les syndicats rapportent que "les éleveurs sont dans le doute", et que "la dynamique de renouvellement des générations est en berne. […] La déprise de l’élevage est enclenchée." 

Les deux syndicats estiment que "seul un prix de marché capable de compenser l’envolée des charges contribuera à maintenir la production pour éviter les ruptures d’approvisionnement en magasins, pour assurer la souveraineté alimentaire sur le long terme et le renouvellement des générations".