« Les États-généraux de l’alimentation n’ont permis aucun retour de valeur pour les agriculteurs », dénonce Rémy Laffay, président de JA du Rhône. Parmi les propositions portées par les syndicats : imposer la prise en compte des coûts de production dans la fixation des prix, rendre obligatoire l’affichage de l’origine, sanctionner les acteurs ne jouant pas le jeu. Les manifestants exprimaient aussi leur inquiétude vis-à-vis de la future Pac.

« Le ministère veut diviser par deux les aides à la vache allaitante. Or pour beaucoup d’éleveurs de chez nous, ces aides équivalent à leur revenu », explique Rémy Laffay. Plaidant pour « une Pac des hommes et non des hectares », les syndicats réclament également une définition de l’actif agricole et le maintien d’une surprime aux premiers hectares, mais aussi — plus inhabituel pour la FNSEA — le plafonnement des aides du premier pilier.

Bérengère Lafeuille