La Coopération Agricole luzerne de France a publié à la fin de novembre les résultats de son enquête annuelle sur les pratiques culturales des producteurs de luzerne pour la déshydratation. Réalisée à partir des retours de 305 agriculteurs sur les 6 500 que compte la filière de la luzerne déshydratée, cette synthèse rassemble les données de 559 parcelles pour 5 132 hectares (sur les 68 000 hectares cultivés).

À lire aussi : France Relance, comment les cent millions du plan protéines seront répartis (01/12/2020)

L’implantation d’été derrière un escourgeon, une pratique gagnante

La grande majorité des producteurs (85 % en conventionnel) implante la légumineuse durant l’été après la récolte du précédent. Les agriculteurs bio utilisent beaucoup la technique de l’implantation sous couvert qui facilite la lutte contre les adventices.

Répartition des implantations conventionnelles/bio suivant le type de semis. © Agroluz

L’implantation sur sol nu au printemps est une pratique qui tend à se développer mais qui entraîne une baisse de rendement par la suite. Un résultat peut-être explicable par un manque de recul sur cette pratique, explique Éric Guillemot, directeur de La Coopération Agricole luzerne.

Rendement suivant le type de semis. © Agroluz

« Même en année sèche alors que la levée des luzernes derrière escourgeon est retardée, nous constatons un effet « précédent, date de semis précoce » favorable au précédent escourgeon sur la productivité en année 1 » précise le rapport. Cette pratique est mise en œuvre sur 88 % des parcelles interrogés semés en été.

Rendements en première année 2019 par quartile suivant le précédent (un quartile correspond à 25 % de la production). © Agroluz

Le vibro est l’outil le plus utilisé pour désherber mécaniquement

Selon les chiffres de l’enquête, en deuxième année de production, 44 % des agriculteurs n’utilisent plus d’herbicide. Mais 10 % des producteurs remplacent une pulvérisation par un désherbage mécanique.

Et parmi ces 10 %, plus de la moitié utilise un vibroculteur pour désherber leur luzernière. Même tendance chez les agriculteurs bio, qui plébiscitent à plus de 70 % l’outil de travail du sol.

Outils utilisés en agriculture conventionnelle pour le désherbage mécanique de la luzerne. © Agroluz

> À lire aussi : La luzerne déshydratée améliore son bilan carbone (25/11/2020)

Renaud d’Hardivilliers