Entre 2018 et 2021, l’évaluation de la performance RSE (responsabilité sociétale des entreprises) d’Interbev, réalisée par l’Association française de normalisation (Afnor), a progressé de 100 points. Le score de 603 points sur 1 000 permet à l’interprofession Élevage et Viande de conforter son niveau de labellisation « Engagé RSE de niveau 3 sur 4 ».

Engagement fort de la filière

Selon l’Afnor, le pilotage du pacte sociétal d’Interbev est « solide et cohérent. » Le déploiement des diagnostics CAP’2ER et BoviWell dans les élevages est particulièrement loué par l’organisme certificateur. La campagne de communication « Aimez la viande, mangez-en mieux » est, quant à elle, jugée « fédératrice » et « légitime ».

À lire aussi : Conduire un système bovins à viande bas carbone (07/07/2021)

« L’Afnor met également en avant la capacité d’Interbev à mener des concertations avec des parties prenantes parfois en désaccord au premier abord et à avancer ensemble sur différents sujets grâce à sa posture d’ouverture », rapporte l’interprofession dans un communiqué diffusé le 23 septembre 2021.

Travailler sur la rémunération des producteurs

Un bémol subsiste néanmoins. L’Afnor alerte sur la rémunération des éleveurs qui demeure encore « insuffisante en dépit des travaux et outils développés par Interbev visant au développement des contrats (guides de contractualisation et indicateurs de coûts de production) ».

Interbev est bien consciente de cette problématique, qui bloque la montée en puissance de sa démarche RSE. « J’en appelle aujourd’hui à l’ensemble des fédérations pour se mettre très rapidement en ordre de marche autour de l’enjeu d’une meilleure répartition de la valeur », déclare Dominique Langlois, son président.

Alexandra Courty