Dans son avis publié le 3 novembre 2020, l’Efsa a identifié quarante risques affectant le bien-être des bovins et susceptibles de survenir à l’abattoir. « La plupart d’entre eux étaient liés à l’étourdissement et à la saignée », complète l’agence européenne. Depuis l’arrivée du bétail à l’abattoir jusqu’à sa mise à mort, « le personnel a été identifié comme étant à l’origine de 39 risques, qui pouvaient être attribués au manque de compétences appropriées pour effectuer les tâches ou à la fatigue ».

> À lire aussi : Bien-être animal, l’Efsa scrute les abattoirs de porcs (24/06/2020)

Même dans un abattoir bien conçu et bien équipé, le comité d’experts insiste sur la nécessité de former les salariés. C’est une « mesure clé de prévention » visant à éviter les risques et à atténuer les conséquences sur le bien-être animal. « Tous les processus d’abattage doivent être effectués par un personnel formé et qualifié », estime l’Efsa, afin de comprendre les spécificités propres à chaque espèce et d’agir en conséquence.

Identifier les dangers

Si certains risques sont « inhérents à la méthode d’étourdissement et ne peuvent être évités (comme la contention) », d’autres proviennent d’une « application non optimale de la méthode d’abattage, principalement en raison d’un personnel non qualifié (manipulation inappropriée, utilisation de mauvais paramètres pour les méthodes électriques) », décrit le comité d’experts.

Au total, 27 recommandations techniques ont été émises par l’Efsa pour préserver le bien-être des bovins lors de l’abattage. L’agence européenne suggère notamment l’emploi d’une « procédure opératoire normalisée », comprenant l’identification des dangers et des conséquences connexes en matière de bien-être.

Dans ses recommandations plus détaillées, l’Efsa conseille d’inspecter les bovins « qui présentent des douleurs aiguës, des signes de maladie ou qui sont incapables de se déplacer de manière autonome » et d’appliquer une « procédure d’abattage d’urgence ». Également, « l’état de conscience des animaux doit être vérifié immédiatement après l’étourdissement. […] La mort doit être confirmée avant que le traitement de la carcasse ne débute. »

Mesures préventives

« Pour la plupart des risques, des mesures préventives peuvent être mises en place. Toutefois, pour certains risques liés à la contention et à la saignée lors de l’abattage sans étourdissement, aucune mesure préventive n’a pu être identifiée », rapporte l’Efsa, qui estime que « l’abattage sans étourdissement ne devrait pas être pratiqué ». Plus largement, les experts affirment que « la contention, les méthodes d’étourdissement et d’abattage qui provoquent une douleur et une peur intenses ne devraient pas être utilisées ».

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Demande moins soutenue en races à viande

L’activité commerciale est très calme dans le secteur de l’aval, face à un recul de la demande dans les aloyaux. L’offre en vaches de réforme laitières correspond mieux à la demande un peu moins soutenue.