« Les citoyens affirment vouloir manger français, mais lorsqu’un projet de poulailler se présente près de chez eux, ils s’y opposent, constate Jean-Michel Schaeffer, président de l’interprofession de la volaille de chair (Anvol), lors d’une conférence de presse ce mardi 7 septembre 2021.

Afin de répondre à la demande du marché intérieur, la filière a rédigé un manifeste, dans laquelle elle encourage notamment les citoyens à « accepter l’installation de nouveaux poulaillers dans leur village », ou encore les maires à « ouvrir le dialogue entre éleveurs et habitants. » « Il s’agit de dépassionner les débats lorsqu’un éleveur souhaite rénover ou installer des poulaillers sur un territoire », explique Jean-Michel Schaeffer.

> À lire aussi : La France est officiellement indemne de grippe aviaire (04/09/2021)

Identifier l’origine en restauration

Le président d’Anvol incite également les consommateurs à s’informer sur l’origine des volailles qu’ils consomment. À ce titre, il assure que « la profession est toujours en attente du décret pour l’identification de l’origine en restauration, qui représente la moitié de ce que consomment les Français ».

« Nous en sommes à quatre ministres de l’Agriculture [depuis le début du quinquennat, NDLR]. À chaque fois on espère, et aucun texte n’est encore sorti. Cela s’appelle se moquer du monde », tempête Paul Lopez, président de la Fédération française de l’industrie avicole (FIA). Selon Anvol, le secteur de la restauration se fournit à 80 % en viande de poulet importée.

> À lire aussi : Soigner la qualité de l’eau des volailles (18/08/2021)

Reprise des importations

Et la reprise des importations françaises s’est confirmée en 2021. Sur le premier semestre, elles ont progressé de près de 17 % par rapport à 2020. Résultat, « près de 39 % des volailles consommées en France étaient importées, contre 33 % en 2020 », constate Paul Lopez.

La viande de poulet est de loin la plus importée. Sur le premier semestre de 2021, 46 % du poulet consommé en France provenait d’un pays étranger, la Pologne en tête. Cette part était de 41 % sur la même période en 2020 « A ce stade, nous n’avons malheureusement pas fait beaucoup de reconquête du marché intérieur », reconnaît le président de la FIA.

Vincent Guyot