Dans un courrier adressé à ses coopérateurs le 25 novembre 2021, Cristal Union a annoncé que le prix final moyen des betteraves contractées (BCR et BCC) serait « proche de 29 €/t » à 16°.

Des contextes porteurs

Ce niveau de rémunération intègre « la prime de maintien de surface, le montant moyen de la prime de compétitivité et la moyenne des diverses primes et indemnités de campagne », précise Cristal Union, qui visait au moins 27 €/t en septembre, lors du lancement de la campagne.

L’entreprise estime que « sur le plan commercial, nous bénéficions depuis quelques mois d’une remontée significative des cours tant pour le sucre que pour l’alcool/éthanol et les perspectives pour 2022 sont également bonnes. » Le contexte agronomique et industriel est également porteur.

À lire aussi : Une très forte demande mondiale de bioéthanol (17/11/2021)

Prix indicatif pour 2022

Pour 2022, Cristal Union indique que son conseil d’administration a « décidé de fixer dès à présent le prix indicatif des betteraves de 2022 contractées BCR à 28 €/t à 16°, pulpes et prime de maintien de surface incluses ». Il s’agit d’une hausse de 2 €/t par rapport au prix fixé en janvier dernier pour la récolte de 2021.

Ainsi, Cristal Union espère atteindre son objectif, annoncé en assemblée générale au printemps 2021, de « rémunérer globalement la betterave BCR à 30 €/t à 16° et au-delà, en intégrant l’ensemble des primes et paiement liés à la campagne ».

Le conseil d’administration a « décidé de reconduire la prime de maintien de surface de 1 €/t de betteraves livrée », car « le maintien des surfaces, voire leur développement, quand l’assolement le permet, contribuera à l’amélioration de la rémunération » des betteraves. La prime de compétitivité, mise en place en 2020, est, quant à elle, supprimée pour la récolte de 2022.

Hélène Parisot