Dans une note technique publiée le 22 juillet, Pascal­ Malhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes et préfet coordonnateur du plan national d’action sur le loup et les activités d’élevage, a annoncé la possibilité d’abattre 118 spécimens en 2021. Cela correspond à 19 % de l’effectif de 624 loups, estimé pendant l’hiver 2020-2021 par l’Office français de la biodiversité (OFB) dans l’ensemble de l’Hexagone. Il s’agit d’une augmentation de 44 loups par rapport à l’hiver 2019-2020 (580 spécimens).

Si le seuil de 17 % de la population – soit 106 loups – est atteint avant la fin de l’année civile, « seuls pourront être mis en œuvre jusqu’à la fin de l’année 2021 des tirs de défense simple et renforcée [ainsi que] des tirs de prélèvement dans les zones difficilement défendables » pour parvenir au quota de 118 loups, rappelle le préfet coordonnateur.

Au 26 juillet, 49 loups ont été tués depuis le début de l’année. Le nombre maximum de spécimens dont la destruction est autorisée jusqu’au 31 décembre 2021 est donc porté à 69.

Vincent Guyot