Trois mois de prison avec sursis et 500 euros d'amende chacun. Mardi, le 29 novembre 2022, les juges sont allés au-delà des réquisitions du procureur contre les responsables agricoles et ruraux, en les condamnant pour "entrave à la liberté d'expression et la liberté de réunion". Le 5 mai 2018, à la Bastide-de-Sérou, ils avaient organisé une contre-manifestation, à l'occasion d'une réunion rassemblant plusieurs associations écologistes locales. Le face-à-face avait été tendu, principalement au sujet de l'ours.

Appel immédiat

Les six condamnés ont immédiatement fait appel. Parmi eux, figurent d'actuels ou anciens représentants de JA de l'Ariège, de la FDSEA, de l’Association de sauvegarde du patrimoine d’Ariège Pyrénées, et de la fédération départementale des chasseurs. Le jour du procès, le 18 octobre dernier, 2000 à 5000 personnes étaient venues les soutenir, dont Christiane Lambert et Pierre Horel, dirigeants nationaux de la FNSEA et des JA.

Philippe Lacube, désormais président de la chambre d'agriculture, dénonce un "procès politique". Il regrette : "Nous avons des peines similaires voire supérieures à celles données pour les dégradations et violences contre les policiers à Sainte-Soline, c'est incroyable ! Alors que ce qu'on a fait, à côté de Sainte-Soline, c'est du pipi de chat !"