En l’espace d’une semaine, cinq foyers supplémentaires d’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) ont été détectés en élevage en France. Au 18 octobre 2022, 25 foyers étaient ainsi confirmés depuis le 1er août, contre 20 le 10 octobre.

Le plus récent a été confirmé en Vendée le 17 octobre dans un élevage de dindes. Il s’agit du quatrième foyer en élevage du département, qui a déjà été sévèrement touché lors de l’épisode de 2021-2022.

Foyers secondaires chez les oiseaux captifs

S’agissant des autres catégories du compartiment domestique (basses-cours, zoos, oiseaux appelants, oiseaux d’ornement…), aussi dits "oiseaux captifs", 32 foyers étaient confirmés par le ministère de l’Agriculture le 18 octobre.

D’après la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), "une partie de ces contaminations sont des foyers secondaires liés à des achats chez des grossistes d’oiseaux d’ornement contaminés, avant que les infections aient été détectées dans ces établissements de vente."

113 foyers en élevage en Europe

Dans le reste du continent européen, "le nombre de détections à cette période de l’année demeure inhabituel en comparaison avec les années précédentes", note la Plateforme ESA, dans son bulletin de veille sanitaire publié le 18 octobre 2022. 

Depuis le 1er août dernier, 113 foyers en élevage de volailles ont été confirmés. 85 foyers ont également été recensés chez les oiseux captifs, ainsi que 440 cas dans l’avifaune sauvage. Ils sont "tous de type H5N1 (sauf un H5Nx chez un spécimen sauvage), dans la continuité des observations faites lors de la saison 2021-2022".