Malgré trois jours ouvrés supplémentaire qu’en mai 2021, la production française d’aliments composés dégringole de 8,3 % en mai 2022, d’après le Snia et la Coopération Agricole nutrition animale, dans leur lettre mensuelle de conjoncture publiée le 19 juillet 2022. Ils constatent notamment un recul « généralisé » des fabrications destinées aux ruminants.

 

Dans le détail, par rapport à mai 2021, elles reculent de 5,6 % en aliments pour bovins dont –10,3 % en autres bovins et –3,6 % en vaches allaitantes. Quant aux petits ruminants (ovins et caprins), la baisse des fabrications s’établit à 5,9 % sur un an.

 

Sur les onze premiers mois de la campagne de 2021-2022, « les baisses les plus importantes s’observent en aliments mash (–6,8 %) et bovins (–4,0 %) avec une baisse plus marquée en autres bovins (–7,1 %) qu’en vaches laitières (–2,7 %) », observent le Snia et La Coopération Agricole.

 

> À lire aussi : Conjoncture, moins de vaches à l’abattoir en mai (12/07/2022)

Lourd impact de l’influenza aviaire en volailles

Du côté des volailles, en mai 2022, les fabrications d’aliment chutent de 14 % sur un an. « L’effet de la crise d’influenza aviaire continue de fortement se faire ressentir avec de fortes baisses dans certaines espèces ». Les fabrications d’aliments reculent ainsi de 5,8 % en poules pondeuses, de 11,5 % en poulets, de 22,8 % en dindes ou encore de 40,1 % en palmipèdes.

 

Dans la région Centre-Ouest, cette tendance est encore plus marquée. La production d’aliments pour volailles y baisse « fortement » avec un recul de 39,5 % à destination des poulets, de 27,6 % pour les poules pondeuses et de 44,8 % pour les dindes.

 

> À lire aussi : Filière, les abattages de volailles poursuivent leur forte baisse en mai (15/07/2022)

Le porc n’échappe pas à la baisse

S’agissant des porcs, en mai 2022, le Snia et La Coopération Agricole constatent un recul global de 1,8 % de la fabrication d’aliments, par rapport à mai 2021. « La baisse est plus marquée en porcelets (–7,7 %) qu’en truies (–2,8 %) et porcs à l’engrais (–0,4 %) ». Depuis le début de la campagne de 2021-2022, les volumes de production d’aliments composés pour porcs baissent de 3,1 %, dont un repli de 4,9 % pour les truies.

 

> À lire aussi : La FNP suggère une médiation pour payer « au juste prix » les porcs castrés (19/07/2022)