La production mondiale de céréales s’établirait donc à 2 768 millions de tonnes (1), selon les dernières prévisions de la FAO publiées le 7 octobre 2022. Elle reculerait de 5,9 millions de tonnes par rapport aux prévisions de septembre et descendrait ainsi 1,7 % en dessous de son niveau de 2021.

Moins de maïs

La majeure partie de ce repli est à mettre sur le compte du maïs. Les perspectives de rendement ont continué à fléchir dans les principaux pays producteurs. Pourquoi ? À cause de la persistance de conditions météorologiques défavorables.

Aux États‑Unis, c’est l’insuffisance des précipitations qui a entraîné un nouveau recul des prévisions de rendement. La surface consacrée à cette culture est aussi revue à la baisse. La sécheresse a également conduit à un recul des prévisions de la récolte de l’Union européenne.

Au Brésil aussi, "la production de maïs a été légèrement revue à la baisse, sur la base de données officielles publiées récemment, mais la production nationale devrait tout de même atteindre un niveau record", tempère la FAO.

Davantage d’orge

Cette baisse prévue pour le maïs n’est pas compensée par le relèvement de 2,5 millions de tonnes de la production mondiale d’orge. Ce relèvement « est principalement imputable à l’amélioration des perspectives dans la Fédération de Russie ».

La récolte mondiale d’orge atteindrait 147,9 millions de tonnes, soit 1,7 % de plus que l’an dernier. Globalement, la production mondiale de céréales secondaires en 2022, s’établirait à 1 468 millions de tonnes. C’est 14,3 millions de tonnes de moins que l’an dernier (–2,8 %).

La FAO souligne qu’en "Ukraine, les prévisions portant sur la production de céréales secondaires restent inchangées par rapport au mois dernier, à savoir 33,1 millions de tonnes, soit un recul de 38 % en glissement annuel".