Alors que le trafic maritime d’Haropa Port, la structure portuaire de Rouen, du Havre et de Paris, a progressé de 12 % entre 2020 et 2021, à 83,6 millions de tonnes, les vracs solides sont en retrait de 4 % à 13,8 millions de tonnes, par rapport à une année 2020 marquée par une campagne céréalière exceptionnelle.

 

Les volumes de céréales pris en charge par Haropa port ont chuté en 2021 de 13 %, à 7,6 millions de tonnes. Les chargements pour l’exportation représentent la quasi-totalité de ce tonnage : seules 9 000 tonnes de céréales ont été importées.

Au-dessus de sa moyenne quinquennale

« Mais les céréales enregistrent une hausse de 5 % par rapport à la moyenne quinquennale de 2015 à 2019 (7,3 millions de tonnes) », s’est réjoui Stéphane Raison, directeur général, président du directoire de Haropa Port, lors d’une conférence de presse le 28 janvier 2022.

 

Après une fin de campagne de 2020-2021 hésitante, un mois de juillet en demi-teinte et l’excellent résultat du mois d’août (+70 % comparativement à 2020), « les quatre derniers mois de 2021 enregistrent des résultats en hausse, avec +42 % par rapport à 2020 », souligne l’établissement fluvio-maritime qui regroupe depuis le 1er juin 2021 les ports de Rouen, du Havre et de Paris. Et d’ajouter : « Les premiers résultats du mois de janvier confirment cette tendance. »

Une fin d’année boostée par la demande chinoise

Cette augmentation des derniers mois est due à une forte demande de la Chine : 2 millions de tonnes de céréales ont été exportées vers ce pays depuis le 1er juillet 2021. Sur l’année 2021, ce débouché a représenté 2,9 millions de tonnes, soit 38 % des flux céréaliers d’Haropa Port.

 

Le début actif de la campagne vers le Maghreb est une autre raison des bons résultats de la fin de l’année 2021 : 0,9 million de tonnes sur les six derniers mois. En 2021, les chargements vers le Maghreb ont atteint 2,6 millions de tonnes de céréales, soit 34,6 % des flux céréaliers.

 

« Haropa Port enregistre 46 % de parts de marché sur les exportations maritimes françaises », se réjouit l’établissement, premier exportateur maritime français de céréales.

 

> À lire aussi : Marchés des grains Le coût du fret réoriente les flux de céréales (13/10/2021)

Transport fluvial à la traîne

Concernant le transport fluvial, à l’échelle de l’axe Seine, « les pré- et postacheminements de céréales sont impactés par le lent démarrage de la campagne céréalière et, comparativement au record de la précédente campagne, perdent 500 000 tonnes, avec un total de 30,9 millions de tonnes (–7 %) », chiffre Haropa Port.

 

Dans l’Île-de-France, le transport des céréales par voie fluviale recule de 14 % par rapport à 2020, avec 2,2 millions de tonnes transportées.