Le ministère de la Transition écologique a publié son plan d’action visant à répondre aux différentes orientations de la stratégie nationale bas carbone (à l’horizon de 2030) et du plan national d’adaptation au changement climatique (à l’horizon de 2050).

C’est une demande qu’avait formulée le premier ministre, lors du Conseil de défense écologique le 27 novembre 2020. Trois autres ministères « couvrant des secteurs majeurs en termes d’émissions de gaz à effet de serre » doivent faire de même : ceux de l’Économie, de l’Agriculture et de la Cohésion des territoires. Ces derniers n’ont pas encore rendu leur plan d’action.

Plusieurs points de la feuille de route du ministère de l’Écologie concernent le secteur agricole.

Engrais azotés et menu végétarien

  • Réduire de 15 % les émissions de protoxyde d’azote en 2030 par rapport à 2015 et de 13 % les émissions d’ammoniac en 2030 par rapport à 2005. C’est un point qui fait l’objet d’un article dans le projet de loi sur le climat ;
  • Influencer la demande et la consommation dans les filières agroalimentaires en lien avec le programme national de l’alimentation et de la nutrition (PNAN). Le ministère de l’Écologie mentionne deux points principaux : la réduction du gaspillage à tous les maillons de la chaîne alimentaire par la mise en place d’un label national « antigaspillage alimentaire » et l’expérimentation d’une proposition quotidienne de menu végétarien dans les services de restauration collective. Ce dernier point est prévu dans le projet de loi sur le climat.

> À lire aussi : Loi climat, les députés valident les menus végétariens à la cantine (17/04/2021)

> À lire aussi : Projet de loi climat, vifs débats sur la taxe des engrais azotés minéraux (17/04/2021)

Énergie décarbonée et stockage carbone

  • Diminuer les consommations d’énergie du secteur agricole et développer la production d’énergie décarbonée par le développement de la méthanisation agricole, de l’éolien, du solaire (bâtiments agricoles, agrivoltaïsme) et de l’agroforesterie intraparcellaire et des haies ;
  • Stopper le déstockage actuel de carbone des sols agricoles et d’inverser la tendance, en lien avec l’initiative « 4p1000, les sols pour la sécurité alimentaire et le climat ». Un point qui sera développé par le ministère de l’Agriculture, précise-t-on.

Protection des écosystèmes

  • Adapter les besoins en eau aux ressources utilisables avec notamment un objectif d’accompagner 100 projets de territoires pour la gestion de l’eau à l’horizon de 2027 ;
  • Limiter l’artificialisation et l’imperméabilisation des sols, avec l’inscription dans la loi sur le climat d’un objectif de réduction par deux du rythme d’artificialisation sur les dix prochaines années par rapport à la décennie précédente. La loi Climat et résilience a été examinée durant le mois d’avril à l’Assemblée nationale. Le Sénat devrait s’en emparer prochainement.

> À lire aussi : Écologie : les cinq mesures à retenir du projet de loi climat (10/02/2021)

> À lire aussi : Artificialisation : 65 900 ha de terres agricoles disparaissent tous les ans (20/04/2021)

Marie Salset