Réuni en plénière à Strasbourg les 18 et 19 octobre 2021, le Parlement européen a adopté une résolution sur la stratégie « De la ferme à la fourchette » proposée par la Commission européenne. Ce vote, sans portée législative, donne au moins la direction dans laquelle l’Europe veut emmener son agriculture.

À lire aussi : « La ferme à la fourchette » baisserait la production de 10 à 20 % (15/10/2021)

Un texte soutenu par les écologistes et la gauche

Le texte a recueilli 452 voix pour, en provenance de la totalité des élus écologistes et de presque tous les élus de gauche. En revanche, 170 députés ont voté contre, dont des élus français du groupe PPE (droite), ainsi que du groupe d’extrême droite ID et de celui d’eurosceptiques ECR.

La Française Anne Sander (PPE) avait dénoncé une stratégie « pas acceptable » qui « risque de sacrifier notre autonomie alimentaire et l’avenir de nos agriculteurs ». 76 députés se sont abstenus, essentiellement du PPE et de l’ECR.

Besoin d’analyses d’impact complètes

Les eurodéputés ont ainsi acté des objectifs de réduction contraignants pour l’utilisation des pesticides et des engrais, la révision des normes de bien-être animal, le développement de l’agriculture biologique, tout en préservant les revenus des agriculteurs. Ils demandent aux Etats membres d’utiliser la réforme de la Pac pour atteindre ces objectifs.

Si la Commission envisage un certain nombre de propositions législatives dans le cadre de cette stratégie, les députés soulignent la nécessité d’analyses d’impact scientifiques complètes de ces propositions.

Soutenir les agriculteurs

Si le Conseil européen des Jeunes agriculteurs (Ceja) partage l’ambition des eurodéputés pour un système alimentaire durable, il émet quelques réserves. Dans un communiqué, le Ceja souligne le manque de « certitudes » quant à la mise en oeuvre de la stratégie, et craint que certains d’entre eux ne soient « laissés pour compte de cette transition ».

À l’issue du vote, Herbert Dorfmann (PPE, IT), rapporteur de la commission de l’agriculture et du développement rural, a déclaré : « Nos agriculteurs font déjà un excellent travail, alors lorsque nous leur demandons à juste titre de réduire davantage leur utilisation de pesticides, d’engrais et d’antibiotiques, nous devons les soutenir afin que la production ne se déplace pas simplement en dehors de l’Union européenne. Assurer la disponibilité de nourriture à des prix raisonnables doit continuer d’être une priorité. »

À lire aussi : À Bruxelles, on pense que l’Europe doit « produire mieux » avec le Pacte vert (13/10/2021)

« Le Parlement européen vient de se prononcer sur un #Farmtofork ambitieux qui pourrait permettre à l’Europe de tenir ses promesses environnementales et de protection de la biodiversité, s’est réjoui Éric Andrieu, eurodéputé du Groupe Socialistes & Démocrates (S & D), à l’issue du vote. Nous voulons rendre les systèmes alimentaires durables, équitables, et de qualité ! »

Sophie Bergot avec l’AFP