La peste porcine africaine (PPA) a fait un véritable bond. D’après la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), un cas a été détecté chez un sanglier le 5 janvier 2022 sur la commune d’Ovada, dans le Piémont. Un test PCR a confirmé l’infection de l’animal par la PPA le 6 janvier.

À lire aussi : Signature d’un accord de zonage pour la peste porcine africaine avec la Chine (13/12/2021)

Le sanglier infecté a été retrouvé à moins de 100 kilomètres de la frontière avec la France. © Plateforme ESA

« Le cas le plus proche (hors Sardaigne) en Europe a été confirmé en Hongrie à 592 km de distance », indique la Plateforme ESA. Ce sanglier infecté en Italie se situe par ailleurs à moins de 100 kilomètres de la frontière avec la France. Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE), l’animal est atteint par le génotype 2 du virus de la PPA, « la même souche qui circule actuellement en Europe et qui caractérise la vague épidémique qui a débuté en 2007. »

> À lire aussi : Quel serait l’impact de la peste porcine africaine en France ? (08/12/2021)

La Sardaigne infectée de longue date

Située à l’ouest de l’Italie continentale et au sud de la Corse, la Sardaigne, région italienne et seconde île de la mer Méditerranée, est infectée par le génotype 1 de la PPA depuis 1978, note la Plateforme ESA. « Dans le reste de l’Europe, toutes les souches isolées appartiennent au génotype 2 », rappelle-t-elle.

> À lire aussi : L’interdiction de la castration à vif des porcs sème le trouble (06/01/2022)

Vincent Guyot