C’est une nouvelle qu’attendaient les acteurs de la filière porcine française depuis près de deux ans. C’est désormais fait : un accord entre la France et la Chine concernant la reconnaissance du zonage (1) vis-à-vis de la peste porcine africaine (PPA) a été signé par Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture, et ses homologues chinois ce lundi 13 décembre 2021.

« Dans un contexte d’avancée progressive des cas de fièvre porcine africaine dans l’est de l’Europe, cet accord permet d’envisager plus sereinement l’avenir pour la filière française », assure Inaporc, l’interprofession porcine, qui « se réjouit de l’aboutissement d’un long travail commun avec les pouvoirs publics. »

> À lire aussi : Quel serait l’impact de la peste porcine africaine en France ? (08/12/2021)

Mise en œuvre immédiate

« Avec une mise en œuvre effective de l’accord dès aujourd’hui, cette reconnaissance permettra la poursuite des exportations vers la Chine des produits porcins à partir des zones françaises indemnes de PPA, si un cas de peste porcine survenait », précise le ministère de l’Agriculture.

Cette « issue favorable » est le fruit de « nombreux échanges » entre « les autorités françaises et les deux ministères chinois en charge respectivement des Douanes et de l’Agriculture, pour élaborer un protocole d’accord », précise la rue de Varenne.

> À lire aussi : Une campagne nationale contre la peste porcine africaine (10/11/2021)

Une première européenne

La visite d’Emmanuel Macron en Chine en 2019 avait donné comme le coup d’envoi de ces pourparlers. Le président français et son homologue Xi Jinping avaient alors convenu qu’un « travail soit conduit » visant à la reconnaissance par la Chine du principe de zonage. « Cet accord sécurise les exportations de nos producteurs de porcs », appuie Bruno Le Maire, ministre de l’Économie et des Finances.

Ce consensus est aussi « le premier de ce genre à être signé par la Chine au bénéfice d’un pays de l’Union européenne », note Julien Denormandie. Pour le ministre de l’Agriculture, l’accord franco-chinois est « précurseur d’autres accords à venir avec d’autres filières et d’autres pays. Il illustre la maturité du système de surveillance sanitaire français ».

> À lire aussi : Porc et volailles, préserver les exportations françaises malgré les épizooties (04/11/2021)

Vincent Guyot

(1) Aussi appelé régionalisation.