Le virus H5N8 de l’influenza aviaire hautement pathogène (IAHP) continue de sévir en France. À la suite de sa détection dans une basse-cour (cinq poules et vingt canards) le 8 juillet2021 à Dammarie-en-Puisaye (Loiret), une zone de protection a été mise en place sur les communes de Dammarie-en-Puisaye et Batilly-en-Puisaye (Loiret). Une zone de surveillance a également été établie dans un rayon de 10 kilomètres autour du foyer.

Cette dernière concerne dix communes du Loiret (Beaulieu-sur-Loire, Bonny-sur-Loire, Breteau, Briare, Champoulet, Châtillon-sur-Loire, Faverelles, Ousson-sur-Loire, Ouzouer-sur-Trézé, Thou), cinq communes de l’Yonne (Bléneau, Lavau, Rogny-les-Sept-Écluses, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Privé), et trois communes de la Nièvre (Annay, Arquian, Neuvy-Sur-Loire).

> À lire aussi : Influenza aviaire : les canards reproducteurs résistants seront-ils abattus ? (22/07/2021)

Confinement et réduction de parcours

Pour les exploitations situées dans ces communes, un arrêté publié au Journal officiel le 27 juillet 2021 modifie, à compter du 9 juillet 2021 et jusqu’à la levée du zonage, les conditions de production du label rouge « Volailles fermières de chair ».

Par dérogation aux critères imposant l’ouverture des trappes, un accès au parcours ou à la volière, et un âge maximal d’accès au parcours, « il est possible de conserver les volailles de chair à l’intérieur du bâtiment d’élevage jusqu’à l’abattage », indique le texte.

Par dérogation au critère imposant une surface minimale de parcours aux volailles de chair, il est également possible de « réduire la surface du parcours sans que celui-ci soit inférieur ou égal à une fois la surface du bâtiment. »

Dispositions suspendues

S’agissant de l’IGP « Volailles de l’Orléanais », un arrêté publié au Journal officiel le 28 juillet 2021 suspend, à compter du 9 juillet 2021 et jusqu’à la levée du zonage, les dispositions « élevées en plein air pendant une grande partie de leur vie ; les volailles ont obligatoirement accès aux parcours pendant la plus grande partie de leur vie et le parcours est herbeux et/ou ombragé et pour un bâtiment de 400 m2 n’a pas une surface inférieure à 8 800 m2 ».

L’application des surfaces minimales de parcours selon les différentes productions (poulet, pintade, poularde, dinde, chapon, oie) est également suspendue jusqu’à nouvel ordre.

> À lire aussi : Inquiétudes et réserves sur la nouvelle feuille de route contre l’Influenza aviaire (12/07/2021)

Vincent Guyot