Faute de pouvoir accueillir un large public en présentiel, la plupart des organismes de sélection et de promotion (OS) des races bovines à viande réinventent leurs traditionnelles ventes en station et optent pour un format numérique.

Une première en ligne pour la race aubrac

Contrainte d’annuler leurs ventes en mars dernier, l’Unité nationale de sélection et de promotion de la race aubrac (Upra) prend sa revanche cette année. En vue de ses deux séries d’enchères planifiées du 22 au 25 mars et du 5 au 8 avril 2021, l’Upra Aubrac a mis en place un site de vente spécifique.

« Les 36 premiers veaux qualifiés RRC – à l’origine destinés à la vente aux enchères à main levée – seront vendus aux enchères sur le site internet. Les autres veaux seront ensuite mis en vente sous pli sur le même site internet ; en remplacement des traditionnelles ventes à l’amiable », explique l’OS de la race dans un communiqué publié le 5 mars 2021.

© Capture d’écran de la page Facebook de l’Upra Aubrac

Pour ceux qui le souhaitent, « des portes ouvertes auront lieu pour chaque bande, sur 2 jours, avec réservation obligatoire de créneaux et respect des gestes barrières », informe l’Upra Aubrac.

Mais le nombre de visiteurs étant limité, « il a été décidé, pour plus d’égalité, qu’aucun veau ne serait vendu « à l’amiable » lors de ces portes ouvertes. L’intégralité des reproducteurs sera vendue sur internet », expliquent les organisateurs.

Une configuration hybride pour la charolaise et la parthenaise

En race charolaise, les ventes se sont succédé depuis la mi-janvier sur les neuf stations d’évaluation encadrées par la Fédération nationale des stations charolaises. Les enchères à la station de Bressuire, dans les Deux-Sèvres, ont clôturé le bal des ventes de reproducteurs charolais en station le 12 mars 2021.

> A lire aussi : Un taureau charolais adjugé 6 250 euros à la station Bien naître (27/01/21)

« L’an dernier, seule la dernière vente de Bressuire a été impactée par le confinement, contraignant les organisateurs à basculer sur des ventes de gré à gré », explique Emmanuel Turpeau, président de la Fédération nationale des stations charolaises. Cette année, l’organisme du Herd-Book charolais (HBC) a joué la carte de l’anticipation et a obtenu le feu vert pour organiser les enchères sur place pour l’ensemble de ses stations.

« En parallèle, les éleveurs à distance ont pu suivre le tableau d’affichage des ventes et enchérir en direct depuis chez eux avec le dispositif Sicafome live, complète Emmanuel Turpeau. Le HBC a également laissé la possibilité d’acquérir les animaux invendus sur un délai de 72 heures après la vente sur sa plateforme d’e-commerce. »

« Globalement, les résultats sont bons, poursuit le président de la Fédération, qui estime le taux de vente moyen à 75 %. Mais le contexte sanitaire actuel, qui prive les participants de tous les signes de convivialité habituels, a induit une sensible baisse de la fréquentation. » D’où l’intérêt de compenser avec un format en ligne.

France Parthenaise, qui finalise les préparatifs pour la vente de la 47e série de la station d’évaluation de Melle (Deux-Sèvres) le 23 mars 2021, a aussi opté pour un format hybride. « Si la préfecture a autorisé la vente en présentiel, nous laisserons tout de même la possibilité aux acheteurs d’enchérir à distance via une connexion sécurisée privée », indique Vincent Loiseau, directeur de l’OS Parthenaise. C’est une opportunité de capter des éleveurs plus éloignés ou qui ne font pas forcément partie des habitués. »

Chaque reproducteur sera visible en vidéo sur la chaîne YouTube France Parthenaise à partir du lundi 15 mars 2021.

Pour d’autres, l’histoire se répète

Du côté de la gasconne des Pyrénées, la vente annuelle des reproducteurs en évaluation de la série 2020-2021 se tiendra pour la deuxième année consécutive exclusivement à distance. Des vidéos et des fiches catalogues des 45 taureaux et 18 génisses proposés à la vente sont disponibles en ligne depuis le 8 mars 2021.

Des visites physiques individuelles sur rendez-vous sont tout de même possibles du 8 au 17 mars. Mais sur le même schéma que l’an dernier, les bulletins d’offre seront à renvoyer par mail avant le 18 mars 2021 à une adresse mail sécurisée unique.

En race salers, la station d’évaluation de Saint-Bonnet-de-Salers, basée dans le Cantal, s’est aussi réessayée à l’exercice de la vente à distance. La première série, composée 24 premiers reproducteurs sélectionnés a été présentée aux enchères les 3 et 4 février 2021.

>À lire aussi : Un taureau salers vendu 8 799 euros aux enchères (09/02/2021)

Pour venir compléter le catalogue de vente en ligne, une vidéo présentant les mâles qualifiés un par un était disponible sur le site internet du Groupe Salers Évolution et sur sa page Facebook. En amont des offres d’achat à effectuer le jour J, la station a proposé cinq portes ouvertes pour venir découvrir les taureaux, avec un nombre limité de visiteurs dans la stabulation.

Le déroulement de la vente de reproducteurs station de la deuxième série, qui se tiendra le 7 avril prochain, dépendra de la situation sanitaire du moment, précise le Groupe Salers Évolution.

La rouge des prés réfléchit encore au meilleur modèle

L’heure est également à la réflexion pour le Domaine des Rues en race rouge des prés. « Les modalités définitives de la vente, prévue le 14 avril 2021, ne sont pas encore actées. Elles seront adaptées aux règles sanitaires permises au moment des enchères, informe Mélanie Cadeau du domaine. En amont, trois journées de portes ouvertes, les 8, 9 et 12 avril, seront organisées sur rendez-vous. »

En 2020, les ventes de printemps et d’automne des reproducteurs rouge des prés de la station de contrôle individuel du Domaine des Rues, dans le Maine-et-Loire, s’étaient déroulées sous pli cacheté.

Élargir son périmètre de vente

Pour leur série composée de 63 taureaux de race blonde d’Aquitaine, les organisateurs de Blonde Génétique ont renouvelé l’expérience de la vente par correspondance avec prévisualisation des jeunes reproducteurs sur leur chaîne YouTube.

Les 25 veaux au plus haut potentiel génétique qualifiés RJ ont été vendus le 11 février 2021, suivi de près par les autres qualifiés DIF et Espoirs présentés à la vente le 18 février à la station d’évaluation de Casteljaloux (Lot-et-Garonne).

« La vente sur internet a ouvert la porte à de nouveaux acheteurs français. Le fait de laisser la possibilité aux éleveurs de soumissionner directement depuis chez eux a élargi notre public de 25 à 30 % », estime Jérôme Nègre, responsable technique et commercial à Blonde Génétique.

Sur les deux ventes de février, 40 mâles qualifiés ont été valorisés à une moyenne générale de 4 793 € et 9 veaux « Espoir », à un prix moyen de 2 858 €. « Habituellement, nos moyennes de vente oscillent autour de 4 000 €, voire 4 200 €, reprend le spécialiste. Ce sont donc des résultats très satisfaisants. »

Le record de vente par correspondance des mâles qualifiés RJ à la station de Casteljaloux (Lot-et-Garonne) revient à Pikatxu, adjugé 13 151 €. Ce jeune taureau, fils de Mozart sur Mikela (Hordago), est né à l’EARL Michicourt (Pyrénées-Atlantiques) et a été acheté par Guyenne Blond (Lot-et-Garonne). © Blonde génétique

> À lire aussi : Des ventes de taureaux en ligne plutôt que sur le ring (19/05/20)

Se rapprocher des conditions en présentiel

En race limousine, la station nationale de qualification de Lanaud (Haute-Vienne) a fait le pari réussi du direct vidéo simultané depuis le ring pour présenter sa deuxième série de la campagne 2020-2021 en janvier.

> À lire aussi : Un taureau limousin adjugé 21 200 € aux enchères de Lanaud (21/01/21)

Ce dispositif, disponible sur tous les supports numériques, permet de retransmettre les enchères qui se déroulent exclusivement en ligne. « Pour chaque reproducteur, les acheteurs connectés peuvent enchérir, selon un ordre de passage et dans un temps imparti, dans les mêmes conditions qu’en présentiel », décrit France Limousin Sélection.

Les ventes de la 3e série de la campagne de 2020-2021 se tiendront de la même façon, 100 % sur internet, le 17 mars pour les « Espoirs » et le 18 mars pour les « RJ ». Elles regrouperont 98 jeunes mâles au total.

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Le commerce reste actif

En femelles, la semaine à venir ne devrait pas annoncer de grands changements. La dynamique commerciale est quelque peu refroidie par les inquiétudes portées sur la situation sanitaire, même si l’ensemble des opérateurs espère que la période festive sera préservée. En jeunes bovins, l’offre reste limitée alors qu’une période importante d’abattage se dessine pour la préparation des fêtes de fin d’année en Italie.