Malgré les couacs informatiques survenus la semaine dernière obligeant à décaler les enchères, les acheteurs ont répondu présents pour faire la vente à distance de la troisième série de la station de qualification de Lanaud, en Haute-Vienne. Sur les deux jours, 98 jeunes taureaux limousins se sont succédé sur le ring en provenance de 74 élevages issus de 20 départements. 44 reproducteurs jeunes (RJ), 49 espoirs et 4 non-qualifiés étaient proposés aux enchères.

Une nouvelle fois, « la captation et la diffusion en direct sur internet ont permis aux étrangers, mais pas seulement, de suivre les ventes à distance et de participer aux enchères », indique Interlim. Au total sur cette troisième série, 7 veaux « espoirs » sur 53 et 9 « RJ » sur 42 partent à l’exportation dans sept pays (Italie, Allemagne, Belgique, Espagne, Portugal, Grèce, Pologne), soit 17 % des reproducteurs proposés à la vente.

> À lire aussi : Reproducteurs en station, les ventes de taureaux allaitants de nouveau chahutées par le Covid-19 (17/03/2021)

53 taureaux espoirs à la vente

Comme de tradition, la vente des jeunes reproducteurs espoirs de la race limousine a ouvert le bal, le mecredi 17 mars 2021. 44 d’entre eux ont trouvé acquéreur, soit un taux de vente satisfaisant de 85 %. La moyenne de prix s’est établie à 3 155 €. Le prix record de la vente revient à Pop Korn, né chez Francis Fraysse dans l’Aveyron, et acheté par Philippe Deshoulières, éleveur en Haute-Vienne, pour la somme de 8 300 €.

Ce mercredi 17 mars, Pop Korn a décroché le top price de la vente « espoirs » à Lanaud. Fils de Haled MN RRE VS, c’est un taureau volumineux, long de corps, avec d’excellentes ouvertures de bassin. © Interlim

Trois autres taureaux espoirs ont franchi la barre des 4 500 € :

  • Pedro, né au Gaec Moysset (Aveyron), et acheté par Stéphanie Villechauveix (Côtes-d’Armor) pour 4 900 €. « Fils d’Igor RR VS sur Loana RRE, Pedro est droit de dos, épais dans son filet et fin d’os. Il est également doté d’un très bon caractère », relève Interlim ;
  • Ripolin, né à l’EARL Rouchès (Aveyron), a été adjugé à l’EARL Brunaud (Indre) à 4 900 €. Ce fils de Latino RR VS sur Feuille TA PS est de type mixte, très long et tendu dans son dessus, avec un bassin ouvert, de bonnes qualités de race et de la finesse d’os. Il a obtenu le label « Vêlage + » pour ses facilités de naissance et son aptitude au vêlage ;
  • Ricain, en provenance de l’EARL Blaiteau (Maine-et-Loire), a été acheté 4 800 € par le Gaec du Miroir (Côte-d’Or). Doté de bonnes longueurs de corps et de bassin, ce jeune taureau est épais et tendu dans son dessus. « Ce fils de Jovien RR VS sur Nevada TA PS a obtenu le label “Vêlage +” pour ses facilités de naissance et son aptitude au vêlage », complète Interlim.

100 % des mâles RJ ont trouvé preneur

Le lendemain des espoirs, 42 RJ ont défilé sur le ring « devant 200 enchérisseurs connectés en ligne », précise Interlim. La totalité des mâles a trouvé preneur, pour une moyenne de vente établie à 4 767 €.

Le top-price revient à Papillon, adjugé 17 100 € au GIE Cantalim (Cantal). Né à l’EARL de la Maurelle située en Moselle, ce fils de Newton RJ sur Julienne TA PS est de type mixte, puissant et performant.

Un autre taureau RJ a retenu l’attention des acheteurs. Il s’agit de Pistou, acquis par deux éleveurs portugais Soc. Agr. Grupo David Lda et Pedro Mascarenhas pour 12 300 €. Ce fils de Listing TA PS sur Caresse RR est né au Gaec de la Martinière (Maine-et-Loire).

« Il possède beaucoup de volume et de longueurs, analyse Interlim. Ce jeune reproducteur présente un gros potentiel de croissance et dispose du label génomique “Vêlage +” pour ses facilités de naissance. »

Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Léger recul de la demande

Dans le domaine des allaitantes de haute qualité bouchère, les flux commerciaux restent réguliers, grâce à une bonne adéquation entre l’offre et la demande. Les tarifs sont stables sur la plupart des marchés, malgré la tenue des concours d’animaux de boucherie. En réformes laitières, l’activité commerciale reste assez fluide, même si les industriels sont moins actifs dans leurs commandes tenant compte des promotions de porc, des foires aux vins et du budget serré des ménages sur cette fin de mois de septembre.