Le nombre maximal de loups qui peuvent être prélevés chaque année en France est fixé par l’arrêté interministériel du 23 octobre 2020.

Ce texte plafonne le nombre de spécimens dont la destruction peut être ordonnée à 19 % de l’effectif moyen du prédateur à l’issue du suivi hivernal 2020-2021 de la population de loups en France.

> À lire aussi : Loup et lynx, les éleveurs de Bourgogne Franche-Comté veulent faciliter les tirs de défense (26/07/2021)

44 loups supplémentaires dans l’Hexagone

Dans sa note technique du 22 juillet 2021, le préfet coordonnateur précise que l’Office français de la biodiversité lui a communiqué l’effectif de loups sur le territoire français, estimé à 624 individus à l’issue du suivi réalisé pendant l’hiver 2020-2021, contre 580 lors de l’hiver 2019-2020. Ceci permet de fixer à 118 le nombre de loups dont la destruction peut être ordonnée par les préfets.

Si le seuil de 17 % de la population, soit 106 loups, est atteint avant la fin de l’année civile, « seuls pourront être mis en œuvre jusqu’à la fin de l’année 2021 des tirs de défense simple et renforcée [ainsi que] des tirs de prélèvement dans les zones difficilement défendables » pour arriver au quota de 118 loups, rappelle le préfet coordonnateur.

> À lire aussi : Les éleveurs demandent des tirs de défense létaux contre les ours (13/07/2021)

Vincent Guyot