En décembre 2021, le cours moyen du porc français a cessé de chuter. En effet, D’après Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, il s’est établi à 1,41 €/kg, soit de 2 centimes de plus que l’an dernier. Pour le experts du service, cette hausse s’explique par le fait que « les fêtes de fin d’année animent quelque peu un commerce impacté par les restrictions sanitaires ».

> À lire aussi : Observatoire des marchés, pas d’embellie en porc (19/01/2022)

Progression des abattages

C’est d’ailleurs dans l’ensemble de l’Union européenne, à l’exception de l’Espagne, que les cours se sont stabilisés. De leur côté, en novembre 2021, le prix de l’aliment pour porcins a poursuivi sa hausse, il est supérieur de 21,6 % à la moyenne quinquennale. Cette « envolée » s’explique par la forte hausse des cours des céréales, notamment depuis août.

Du côté de la production, en décembre 2021, les abattages ont progressé de 4,5 % en glissement annuel. « Ils sont légèrement supérieurs à ceux de la moyenne quinquennale (+0,9 %) », précise Agreste.

> Voir aussi : Les cours du porc

Consommation et importation en progression

La consommation de viande porcine a aussi augmenté de 3,5 % sur un an et de 1,2 % par rapport à la moyenne quinquennale (+1,2 %). « Cette augmentation doit être appréciée au regard du confinement partiel mis en place à la fin d’octobre 2020, réduisant l’activité de la restauration hors domicile », détaille Agreste.

Les volumes importés de viande et graisse porcines ont également progressé. Ils ont augmenté de 22,4 % entre novembre 2020 et novembre 2021. En revanche, dans la même période, les exportations ont ralenti. Elles restent toutefois « comparables à celles de 2020 et à la moyenne quinquennale ». Ainsi, en novembre 2021, « le déficit du commerce extérieur des viandes et graisses porcines (hors abats) s’accentue en volume ».

Marie-Astrid Batut