Les conditions de cultures « bonnes à très bonnes » (B + TB) du blé tendre ont gagné du terrain dans la semaine du 12 au 18 mai, rapporte Céré’Obs, dans son bulletin publié par FranceAgriMer le 22 mai 2020. Elles ont progressé de 55 % à 57 %, mais restent très inférieures à celles de l’année dernière, à la même époque, avec 79 %.

L’état de l’orge d’hiver a suivi la même tendance : la culture a gagné un point, de 51 % à 52 % de la surface considérée comme étant en conditions bonnes à très bonnes (75 % en 2019). Ce pourcentage est resté stable à 62 % pour le blé dur (70 % en 2019), mais a perdu 4 points en orge de printemps, tombant de 62 à 58 % (88 % en 2019). Il s’est légèrement dégradé en maïs, de 87 à 86 % mais la notation reste supérieure à celle de l’an dernier (83 % en 2019).

Une avance qui se poursuit

Les céréales maintiennent leur avance, par rapport à 2019. Toutes les orges d’hiver ont atteint le stade de l’épiaison, avec une avance de 7 jours. Ce stade a également bien progressé en blé d’hiver, passant de 63 % à 83 % (43 % en 2019) avec 12 jours d’avance. De même en blé dur, où le stade de l’épiaison est atteint par 88 % des parcelles (contre 80 % en 2019), soit une avance de 6 jours.

À lire aussi : Les céréales ont pris de l’avance (18/04/2020)

Céré’Obs estime par ailleurs que 93 % de la surface de maïs était semée le 18 mai. Le stade de la levée a évolué de 75 à 85 % (78 % en 2019), et le stade des 6-8 feuilles visibles de 8 % à 25 % (4 % en 2019).

J. Papin
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé est toujours soutenu par Chicago

Les prix du blé poursuivaient, vendredi 18 septembre 2020 à la mi-journée, leur progression sur le marché à terme, soutenu par des prix russes en forte hausse et une Bourse de Chicago dopée par les commandes chinoises de céréales et oléagineux.