Plantes desséchées sur pied, épis avec peu de grains… Le déficit hydrique cet été a fortement perturbé la floraison et la fécondation des maïs, notamment dans les sols à faible réserve utile non irrigués. Avec des précipitations inférieures de 28 % en moyenne aux normales, juillet 2020 devrait être « le mois de juillet le plus sec depuis 1959 », selon Mé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

En repli sur Euronext, le colza bute sur un seuil symbolique

Les prix du colza marquaient le pas vendredi 23 octobre 2020, après avoir touché un seuil de prix symbolique, sur fond de baisse des huiles.