« Le colza, c’était la tête d’assolement par excellence dans nos régions », explique Dominique Picoche, agriculteur à Fain-lès-Moutiers en Côte-d’Or. « C’est vrai qu’on l’a ramené trop souvent dans nos rotations. Mais la disparition de certaines molécules a rendu les insectes et les grosses altises en particulier non maîtrisable », détaille-t-il.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé plombé par l’épidémie de coronavirus

Les prix du blé reculaient sur Euronext, ce jeudi 24 septembre 2020 à la mi-journée, dans un contexte de durcissement des restrictions destinées à enrayer la pandémie de coronavirus.
Votre analyse quotidienne du marché - Oléagineux

Le colza décroche sur fond d’inquiétudes pour la demande

Les prix du colza reculaient nettement ce jeudi 24 septembre 2020 après-midi, affectés par les craintes que fait peser la pandémie de Covid-19 sur la demande mondiale.