Dans un communiqué de presse en date du 20 juillet 2021, Atmo France (1), Ineris (2) et le Laboratoire central de surveillance de la qualité de l’air (LCSQA) ont annoncé le lancement d’un suivi annuel des pesticides dans l’air, au niveau national (métropole et outre-mer). Il sera assuré par les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA).

Cette initiative fait notamment suite à la campagne nationale exploratoire de mesure des résidus de pesticides dans l’air ambiant (CNEP), réalisée entre 2018 et 2019. De plus, pour certaines régions de France, une surveillance était déjà réalisée depuis les années 2000.

Ciblage sur 75 molécules phytosanitaires

Pour chaque région, un site sera choisi par rapport à sa proximité à un bassin de vie et plusieurs mesures y seront réalisées chaque année. Ces sites seront représentatifs des différents profils agricoles (grandes cultures, viticulture, arboriculture et maraîchage).

Un total de 75 molécules herbicides, fongicides et insecticides sera surveillé, dont le chlordécone (interdit mais persistant dans l’environnement), le folpel, le lindane (interdit depuis 1998 mais encore retrouvé), le prosulfocarbe et, dans certains territoires, le glyphosate.

Résultats attendus pour l’été 2022

Les résultats de cette première année de campagne de surveillance seront disponibles d’ici à un an, sur les portails Géod’Air, PhytAtmo ou encore ceux des AASQA au niveau régional.

Le LCSQA et les AASQA annoncent se mobiliser activement pour ce suivi : « sa poursuite reste néanmoins conditionnée au maintien d’un financement dédié pour les années à venir », précisent-ils.

Charlotte Salmon

(1) Fédération du réseau national des Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA) réparties sur l’ensemble du territoire (une par région).

(2) Institut national de l’environnement industriel et des risques