La production 2021 de cerise est estimée à 13 600 tonnes, « soit moins d’une demi-récolte prévue par rapport à une année standard ». C’est ce qu’indique Agreste dans une note de conjoncture. Le service de la statistique du ministère de l’Agriculture explique ce recul de la récolte par « le gel historique d’avril a touché tous les bassins de production, et plus durement la vallée du Rhône ».

> À lire aussi : Le gel a frappé fort sur les cultures (09/04/2021)

La production de cette année serait la plus faible depuis au moins 46 ans avec le rendement le plus faible, « à l’exception de l’année 1977 pendant laquelle le rendement avait été similaire ». Ce sont les variétés précoces qui auraient été les plus touchées par ce gel.

Une offre insuffisante

Du côté des cours, en raison de la forte baisse de production, en mai dernier ils progressent de 50 % par rapport à la moyenne de 2016-2020 et de 34 % par rapport à ceux de 2020. Dans sa note, Agreste explique que l’offre n’était pas suffisante pour satisfaire une demande « très présente ». « La qualité des premières cerises récoltées est variable, ce qui ne facilite pas la mise en avant du fruit en rayon », ajoute le service du ministère.

Agreste fait également un point sur le chiffre d’affaires de la filière en 2020. Au niveau national, il a reculé de 3 % sur un an, « sous l’effet de la baisse des prix ».

> À lire aussi : Des avances d’aides pour des agriculteurs victimes du gel (07/06/2021)

Marie-Astrid Batut