Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La récolte 2022 d’oléagineux en Europe devrait rebondir de 10,5 %

Colza, tournesol, soja - La récolte 2022 d’oléagineux en Europe devrait rebondir de 10,5 %
La demande européenne en huile pour l’alimentation et pour les biocarburants est attendue en hausse pour 2021-2022, selon la Commission européenne. © Cédric Faimali/GFA

Selon les dernières estimations de la Commission européenne, la production de colza, tournesol et soja est attendue en hausse pour la prochaine campagne.

Selon un document relatant les prévisions sectorielles trimestrielles de la Commission européenne, paru le 2 avril 2021, la production d’oléagineux dans l’Union européenne pourrait connaître une hausse de 10,5 % sur un an, pour atteindre 30,4 millions de tonnes en 2021-2022. « La consommation devrait également augmenter en raison d’une demande plus élevée en alimentation animale, et d’une reprise de la demande en huiles, tant à destination alimentaire que pour la production de biocarburants », note la Commission.

Hausse de la récolte de colza en 2021

En 2020-2021, 5,0 millions d’hectares de colza ont été implantés dans l’Union (–14 % par rapport à la moyenne quinquennale). En plus de conditions de semis parfois difficiles, le développement de certaines parcelles a été impacté par une météo particulièrement froide. Mais « malgré cela, la production totale de l’Union européenne devrait augmenter de 600 000 tonnes (+3,4 % d’une année sur l’autre) et atteindre 16,7 millions de tonnes », note la Commission.

Les surfaces de soja et de tournesol sont attendues en hausse, « étant donné la rentabilité élevée actuelle des cultures », pour atteindre 965 000 hectares (+3,2 % sur un an) en soja, et 4,5 millions d’hectares (+1,8 %) en tournesol.

Des importations qui restent élevées

Les importations de colza et tournesol dans l’Union européenne sont attendues en hausse en 2020-2021, « compte tenu du faible niveau de production intérieure ». Elles sont respectivement estimées à 1 million et 6,2 millions de tonnes, soit une évolution de +59 % et de +47 % par rapport à la moyenne quinquennale.

Les importations de soja (graines et tourteau) de l’Union européenne devraient, quant à elles, baisser en raison de leur compétitivité relative inférieure par rapport au colza et au tournesol.

Hausse de la production et de la demande de protéines végétales
Selon la Commission européenne, la demande en pois chiches pourrait augmenter de 17 %  sur un an. © Cédric Faimali/GFA
Selon la Commission européenne, la demande en pois chiches pourrait augmenter de 17 % sur un an. © Cédric Faimali/GFA

Selon la Commission, l’Union européenne aura produit, en 2020-2021, 4,3 millions de tonnes de protéagineux (pois, fèves, lupin, lentilles, pois chiches et autres), ce qui représente une hausse de 7,9 % sur un an. « Néanmoins, les importations de l’Union européenne devraient augmenter de 22 % pour soutenir la demande, précise-t-elle. En effet, la demande de l’ensemble des protéagineux pourrait augmenter de 12 % sur un an, en particulier pour les pois (+ 18 %), les lentilles (+ 13 %) et les pois chiches (+ 17 %) ».

Cette dynamique pourrait continuer en 2021-2022, et les surfaces atteindraient, selon la Commission, 1,5 million d’hectares. La demande intérieure devrait poursuivre sa hausse, principalement sous l’effet de la demande en alimentation humaine. « La demande d’aliments pour animaux pourrait augmenter à un rythme plus lent en raison de la reprise attendue de la production céréalière intérieure. »

Hélène Parisot
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !