La production d’abricots sur la saison 2021 sera bien maigre, après les gelées printanières dévastatrices : au 1er juin 2021, « moins d’une demi-récolte est prévue par rapport à la production moyenne de 2016 à 2020.

À ce jour, il s’agirait de la production et du rendement les plus faibles depuis au moins 46 ans », constate le service de la statistique du ministère de l’Agriculture, Agreste, dans une note de conjoncture diffusée le 9 juin 2021.

La production d’abricots sur la campagne de 2021 est au plus bas depuis au moins 46 ans. © Agreste

À lire aussi : Calamités agricoles, des avances d’aides pour des agriculteurs victimes du gel (07/06/2021)

Toutes les régions sont concernées

Les variétés les plus précoces ont été moins touchées que les variétés tardives, mais aucune région productrice n’a été épargnée par le gel, constate Agreste.

Les pertes restent toutefois variables. Les zones proches de la Méditerranée ont été moins affectées, tout comme le Roussillon, « relativement épargné ». Dans le Gard, la protection des vergers a donné des résultats positifs dans certains d’entre eux.

Les vergers du Vaucluse et de la vallée du Rhône ont, quant à eux, été « durement frappés » par les gelées, avec des pertes respectives attendues à –70 % et –75 % par rapport à la moyenne quinquennale, malgré les tentatives de protection des arbres fruitiers.

La production européenne est aussi amputée

Des situations similaires sont observées chez nos voisins européens, également touchés par le gel. Selon Medfel, la production serait la plus faible des 30 dernières années. Elle fléchirait de 20 % par rapport à la faible récolte de 2020 et de 40 % par rapport à la moyenne de 2015 à 2019.

En Italie, Espagne et Grèce, la production chuterait respectivement de la moitié, d’un tiers et d’un quart par rapport au niveau moyen.

Offre et demande restent timides

La commercialisation des premiers abricots français débute en mai 2021 avec une offre et des ventes réduites. La grande distribution est alors positionnée sur le produit espagnol en attendant que l’offre tricolore s’étoffe. Les abricots espagnols sont toutefois moins nombreux sur les étals que les années précédentes du fait de la baisse de production dans le pays.

Raphaëlle Borget